Claude Bartolone, dans un entretien exclusif pour 9Trois (2) : le PS ça redémarre !

Claude Bartolone, dans un entretien exclusif pour 9Trois (1)

9Trois : Tu as joué un rôle décisif dans le dernier congrès du Parti Socialiste, Comment vois-tu la suite ? En tant que membre important de la nouvelle équipe dirigeante, considères-tu que  la machine est en marche ? 

 

Claude Bartolone : Ca redémarre ! La preuve c’est qu’au moment où vous m’interrogez nous sommes le seul parti qui a ses listes complètes pour les élections européennes, et qui a le seul projet présenté aux Français pour leur donner notre vision de ce que doit être l’Europe anti-crise.  

J’ai l’impression que petit à petit les militants se remettent au travail parce qu’ils se rendent compte que le parti se remet à parler. Nous nous sommes exprimés sur la question du Moyen-Orient, sur laquelle le PS était silencieux depuis de nombreuses années, nous avons sorti notre plan anti-crise, à la fois pour nous opposer à la politique de Sarkozy et à la fois pour faire des propositions concrètes : une prime de 500 € pour tous les foyers qui sont aux minima sociaux, une augmentation massive du SMIC, nous nous sommes exprimés sur la question des collectivités locales quant Sarkozy, au travers de la commission Balladur, a voulu comme le dit Mauroy reprendre le pouvoir sur les collectivités locales…  

Nous sommes en train de remettre ce parti au travail, et lorsque je vois comment nous avons été accueillis, notamment au cours des deux dernières grandes manifestations qui se sont déroulées à Paris, lorsque j’entendais ces salariés qui disaient « enfin le parti socialiste est de retour », lorsque je les voyais venir affirmer leur soutien à Martine Aubry… Je pense que nous sommes en train de retrouver cette force qui nous permettra de jouer le rôle qui est le nôtre pour pouvoir fédérer la gauche et préparer dans de bonnes conditions les élections régionales prochaines, cantonales, présidentielles et législatives. 

Surtout je pense que nous sommes en train de retrouver la force pour présenter aux Français un projet politique, nous ne gagnerons pas la prochaine élection présidentielle simplement en donnant l’impression d’essayer de bricoler un front anti-Sarkozy ; nous gagnerons la prochaine élection présidentielle en montrant que le parti socialiste a un projet, qui est capable de rassembler ses militants, qui est capable sur le partage des richesses, sur la vision économique et sociale, sur la question environnementale, de montrer aux Français que nous avons une vision de la société différente de celle qui est actuellement portée par Sarkozy et les libéraux, et que sur cette base là on peut rassembler les socialistes, on peut rassembler la gauche, et donner envie à tous les démocrates qui se sentent concernés par ce projet politique de mener bataille ensemble. 

 

 

9Trois : Harlem Désir, tête de liste PS pour les Européennes en Ile de France, a commencé sa campagne par notre département, nous avions couvert l’événement, tu y étais avec d’autres amis, plein d’enthousiasme et de ferveur ! Cette ferveur et cette mobilisation ne se retrouvent pas au niveau national, ni chez les autres candidats ni dans les médias, et encore moins dans la société civile… Comment analyses-tu ce fait ? 

 

Claude Bartolone : J’ai regardé à quel moment la campagne avait démarré il y a cinq ans, je m’occupais de la communication du PS à l’époque, je signais le billet dans le journal Socialiste pour dire « C’est parti » le 11 mai… C’est toujours une campagne très courte !  

Dans le même temps, je vois bien ce que peut être la tentation de Sarkozy : éviter qu’il y ait une trop grosse mobilisation sur cette élection. Parce que, quelles que soient les déclarations de l’UMP, les Français vont voter pour une vision ou une autre de l’Europe, nous nous leur disons maintenant l’Europe et notamment l’Europe sociale, mais dans le même temps ils vont voter dans un contexte, Sarkozy sait très bien que si les habitants de nos quartiers populaires, de nos villes populaires, vont voter, ils ne vont pas le faire pour la bande Sarkozy-Barroso-Berlusconi parce qu’ils savent très bien que ce qu’ils subissent en France actuellement, c’est la même chose que ce que propose l’Europe de Barroso actuellement ! Il va donc falloir surveiller, je pense que le pouvoir va tout faire pour que cette élection soit presque invisible, pour qu’elle connaisse le plus grand taux d’abstention possible, afin d’éviter qu’on puisse en tirer des leçons politiques.  

C’est à nous, socialistes, de commencer à faire campagne, de commencer à coller des affiches, distribuer des tracts, faire du porte-à-porte, parler de cette campagne, pour que les Français puissent aller voter et dire à la fois à Sarkozy et à Barroso ce qu’ils pensent d’eux ! Les socialistes, nous ferons notre travail, et toutes les forces de gauche doivent le faire !

 

 

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :