250 personnes évacuées après l’incendie d’un camp de Roms à Epinay sur Seine

Un incendie a détruit un camp de Roms à Epinay-sur-Seine (Seine-Saint-Denis) dans la nuit de vendredi à samedi, obligeant à évacuer 250 personnes, dont la plupart n’ont pu être relogées que provisoirement, a-t-on appris auprès des pompiers.

photo_1247331575766-1-0[1]

L’incendie, qui s’est déclaré vers 03H00 sur un terrain de 2.000 m2 dans le quartier de la Briche, limitrophe de la commune de Saint-Denis, a fait deux blessés légers, dont un policier qui a chuté pendant l’intervention, a-t-on précisé de même source.

Trente engins ont été mobilisés et huit grosses lances ont dû être activées pour maîtriser le feu, au bout d’une heure et demie, ont ajouté les pompiers, sans préciser le nombre de baraquements ou de caravanes détruits.

Après le sinistre, environ 150 personnes, dont une trentaine d’enfants, se sont rassemblées devant l’hôtel de ville de Saint-Denis en quête d’une solution de relogement, a dit la municipalité (PCF) de Saint-Denis dans un communiqué.

Elle a précisé avoir demandé que la préfecture de Seine-Saint-Denis réquisitionne le Fort de l’Est (propriété de l’Etat) pour les héberger car une solution n’a pour l’instant été trouvée que pour trois nuits dans différents hôtels.

Les populations Roms, en particulier celles qui ont fui la Roumanie, vivent une « situation insupportable », ajoute la municipalité, « sans que ni l’Union européenne ni les Etats membres dont la France n’en prennent véritablement la mesure et ne mettent en place des dispositifs d’accueil et des mesures d’accompagnement social ».

« C’est pourquoi la ville de Saint-Denis demande à nouveau au Premier ministre de prendre l’initiative d’une +Table ronde régionale+ associant l’Etat, les collectivités, les associations » notamment pour « en finir avec ces véritables bidonvilles que sont les camps Rom », conclut le communiqué.

Japan Expo : Villepinte, capitale du manga

Jusqu’à dimanche, Villepinte  se fait l’écho de la florissante culture japonaise. Sur 100.000 mètres carrés, des dizaines d’exposants proposeront aux visiteurs un apercu très complet du passé, du présent et de l’avenir de cette culture lors de la dixième édition de la Japan Expo. Depuis quelques années, les productions nippones figurent parmi les plus attractives pour la jeune génération.

media--image-240684-article-ajust_650[1]

Au menu de la Japan Expo : jeux vidéo, musique, arts martiaux, tendances nippones, cosplay, etc. Mais le manga reste le pôle d’attraction majeur de l’évènement. Et les auteurs français se défendent plutôt bien en la matière. Jenny, notamment, scénariste et dessinatrice – d’origine malgache – de « Pink Diary », chez Delcourt.

 

Accident de l’Airbus A310: des habitants de Seine-Saint-Denis étaient à bord

Des Français d’origine comorienne et des Comoriens résidant à La Courneuve (Seine-Saint-Denis) se trouvaient à bord de l’Airbus A310 de la compagnie Yemenia, qui s’est abîmé en mer près des Comores dans la nuit de lundi à mardi, a-t-on appris auprès de sources concordantes.comore

« Sur environ 60 Comoriens qui ont embarqué à Roissy, une bonne partie venait de La Courneuve mais on ne sait pas combien sont restés à Sanaa et combien sont repartis à Moroni », a déclaré à l’AFP, Bacar Soilihi, 40 ans, lui-même Français d’origine comorienne, collaborateur du député PS de Seine-Saint-Denis, Daniel Goldberg.

« Malheureusement des hommes, des femmes et des enfants de La Courneuve étaient à bord mais on ne connaît pas leur nombre exact. Ce qui est sûr c’est qu’on dénombre déjà trois familles touchées », a indiqué la mairie.

Soixante-six Français se trouvaient à bord de l’Airbus A310 de la compagnie Yemenia, dont vingt-six qui avaient embarqué à Roissy sur ce vol avec escales et changement d’appareil, et quarante à Marseille, selon une source aéroportuaire.

Au total, 153 personnes avaient embarqué à Roissy et à Marseille, essentiellement des familles comoriennes retournant au pays, avaient indiqué des sources policière et aéroportuaires.

« Je connais personnellement quatre victimes qui ont déjà été identifiées. Les autres on se connaissait et on se croisait lors des fêtes traditionnelles organisées dans la communauté », poursuit M. Soilihi, installé en France depuis 15 ans.

Une prière est organisée vers 18H00 à La Mosquée comorienne à La Courneuve, où vivent environ 500 familles de Français d’origine comorienne et de Comoriens d’après les associations. La mairie évalue elle entre 500 et 600 habitants des Comores inscrits sur les listes électorales.

Un Airbus A310 de Yemenia s’est abîmé mardi en mer près des Comores avec 153 personnes à bord, dont des Français et des Comoriens, moins d’un mois après la chute d’un A330 d’Air France entre le Brésil et la France.