Quartier d’affaires: la mairie de Nanterre organise son forum sur La Défense

Architectes, syndicalistes, élus et habitants sont invités à débattre vendredi soir de l’avenir du quartier d’affaires de La Défense, une rencontre organisée par la mairie PCF de Nanterre, qui multiplie les initiatives pour s’opposer aux projets du gouvernement sur ce site. Parmi les invités, les architectes Roland Castro et Antoine Grumbach, dont les travaux ont fait partie des dix projets sur le Grand Paris. Elus, associatifs et syndicalistes seront également présents, annonce la mairie, qui espère « au moins 800 personnes ». Depuis des mois, la mairie de Nanterre multiplie les initiatives pour protester contre les projets de l’Etat, notamment la fusion de l’Etablissement public d’Aménagement de La Défense (Epad), qui couvre les 160 hectares du quartier d’affaires, avec l’Etablissement public d’aménagement Seine-Arche (Epasa), chargé d’urbaniser 320 hectares sur la zone voisine de Nanterre. Le maire de Nanterre Patrick Jarry (PCF), qui préside l’Epasa, craint ainsi de perdre son pouvoir d’aménagement sur une grande partie de sa commune. Le rendez-vous est organisé sur le parvis de La Défense, à l’espace Grande Arche, de 17H00 à 22H00.

Publicités

Le conseil général du 92 supprime sa subvention à l’université de Nanterre

Le conseil général des Hauts-de-Seine (CG92), présidé par Patrick Devedjian (UMP) a décidé de supprimer la subvention annuelle de 900.000 euros qu’il versait depuis quatre ans à l’université de Nanterre, un choix dénoncé par le  PC et PS qui y voit une « priorité donnée au privé ». L’aide départementale entrait dans le cadre d’un « contrat d’objectifs pluri-annuel » qui s’est achevé fin 2008 entre le département et l’université, qui compte 32.000 étudiants. « J’ai dit que j’étais ouvert » à une reconduite de la subvention, « à la condition que cela corresponde à un projet en relation avec la politique départementale, c’est-à-dire le développement de métiers qui sont exercés à La Défense ou dans le département », a expliqué à l’AFP M. Devedjian, qui ajoute: « J’attends toujours un projet » de l’université. Une source à l’université de Nanterre a évoqué « une négociation lente et difficile », se disant « très pessimiste » sur son issue. Dans un communiqué, les élus socialistes du CG92 « s’insurgent contre ce nouveau désengagement », alors que le « département continue de financer à hauteur de 10 millions d’euros de subvention annuelle le pôle Léonard de Vinci », autrement appelé « fac Pasqua ». Situé dans le quartier d’affaires de La Défense, ce pôle privé avait été créé en 1985 par Charles Pasqua, qui en est toujours président. Ses trois écoles (management, ingénieurs, multimédia) et ses partenaires, dont l’université Paris-Dauphine, y accueillent environ 6.000 étudiants. M. Devedjian a d’ailleurs confirmé à l’AFP que le CG92 avait accordé « une petite subvention à Dauphine, 400.000 euros annuels, pour les aider à payer le loyer » au pôle Léonard de Vinci. Concernant le pôle Léonard de Vinci, il a souligné que la subvention avait « diminué de moitié » depuis son arrivée au CG92, en 2007. Le budget annuel de l’université de Nanterre s’élève, hors salaires, à quelque 60 millions d’euros.

La Défense: la construction de tours reprend

Le conseil d’administration de l’Epad vient d’approuver des promesses de vente pour la construction de tours.

Serait-ce le signe d’une embellie économique ? Le conseil d’administration de l’Epad vient d’approuver quatre promesses et un acte de vente. Cela concerne des projets de construction ou de reconstruction des tours. Avec l’arrivée de la crise économique en 2008, les projets avaient été mis entre parenthèses.

Au total le renouveau de ces tours représenterait environ 340.000 m² de bureaux.

La vie quotidienne de tous les lycées d’Ile-de-France bientôt en ligne

Les notes, les emplois du temps, les cours ou les cahiers de textes des classes de tous les lycées d’Ile-de-France seront bientôt accessibles en ligne, grâce à un « espace numérique de travail » dévoilé mercredi par le président PS de la région Ile-de-France, Jean-Paul Huchon. Baptisé Lilie et accessible à l’adresse http://lilie.iledefrance.fr, il permettra à tous les membres de la communauté éducative, à partir de n’importe quel ordinateur connecté à internet, d’accéder « à tout ce qui fait la vie quotidienne de l’établissement », selon la Région. Par exemple: le cahier de texte de la classe, les emplois du temps, les absences et retards, les notes, les cours ou d’autres documents pédagogiques. Le déploiement de ce logiciel libre dans l’ensemble des 471 lycées franciliens se fera en trois ans et 60 établissements volontaires ouvriront le bal à la rentrée prochaine, mais le cahier de textes numérique de chaque classe sera lui disponible dès la rentrée 2010 dans tous les lycées de la région. Pour avoir accès à ces données, l’utilisateur disposera d’un code d’accès personnel, avec identifiant et mot de passe, et ne pourra accéder qu’aux données qui le concernent directement. Un élève n’aura ainsi pas accès aux notes du reste de la classe. S’ils le souhaitent, les parents pourront voir les notes de leurs enfants, mais après un délai de 48 heures. Lilie est aussi une plate-forme interactive, qui permettra aux membres de la communauté éducative d’échanger 24 heures sur 24. Un enseignant ne pourra cependant pas être dérangé par d’éventuels messages de ses élèves à toute heure du jour ou de la nuit: il suffira pour cela qu’il ne soit pas connecté à Lilie. Le déploiement de ce logiciel coûtera 24 millions d’euros, le montant du contrat qui lie la région à son prestataire, Logica. Le président de la région doit présenter ce système mercredi à 10h00 au lycée Louis de Broglie de Marly-le-Roi (Yvelines). Dans son entourage, on assure que cette présentation n’est pas liée à la campagne des élections régionales en Ile-de-France, où M. Huchon est candidat à sa propre succession, car « la région prépare le déploiement de ce système depuis 2005 ». Il a été expérimenté depuis cette date dans 15 lycées.

Menacé, l’imam de Drancy porte plainte

Un commando a fait irruption dans la mosquée de Drancy et a menacé Hassen Chalghoumi.

L’imam de Drancy (Seine-Saint-Denis) Hassen Chalghoumi a déposé plainte mardi après l’irruption lundi soir d’islamistes qui l’auraient menacé de mort dans la mosquée où il officie

Un « commando islamiste » aurait fait irruption dans la mosquée de Drancy (Seine-Saint-Denis) lundi soir et proféré des menaces à l’égard de l’imam Hassen Chalghoumi, connu pour ses bonnes relations avec la communauté juive. Selon des témoignages, quatre-vingt personnes auraient traité l’imam de « mécréant », « apostat » et « imam des juifs ».

Un conseiller de l’imam a souligné que les « termes employés équivalaient à une Fatwa« .  Toutefois d’autres témoins évoquent seulement dix personnes qui seraient rentrées dans la mosquée.

La plainte a été déposée au commissariat de Drancy, et la Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP) de la police judiciaire parisienne a été chargée de l’enquête par le parquet de Bobigny (Seine-Saint-Denis).

L’imam de Drancy (Seine-Saint-Denis) Hassen Chalghoumi a déclaré que les menaces ne lui font pas peur, l’imam a appelé au soutien des « fidèles » et des « concitoyens ». « Ils veulent que je baisse les bras, que je ferme ma bouche que j’arrête de parler et de montrer un islam de tolérance, de rahma (clémence) de mahaba (amour), celui du prophète de l’islam » a-til également déclaré.

Selon un conseiller de l’imam, le commando serait « identifié comme relevant de l’obédience des Frères musulmans ». Il s’agirait d’un groupuscule nommé « Cheikh Yassine »  (fondateur du Hamas tué en 2004 dans un raid israélien) et sous l’influence de l’UOIF » (Union des organisations islamistes de France).

Les Jeunes ont fait L’Humanité !

Nicolas About quitte le Modem pour l’UMP

Le sénateur des Yvelines rejoint Valérie Pécresse pour les élections régionales.

Nicolas About, le sénateur Modem des Yvelines, déclare ce lundi dans une tribune dans le Figaro vouloir « se mettre en congés de son mouvement ». En clair Nicolas About rejoint le camp UMP et Valérie Pécresse pour les régionales de mars.

ïc audouitIl figuerera donc en quatrième position sur la liste UMP dans les Yvelines. Le centriste conteste la stratégie du président du Modem, François Bayrou, qui se place d’abord dans la perspective des présidentielles de 2012.

Il reproche au parti de s »enfermer dans une posture d’opposition systématique au gouvernement ». Mais Nicolas About ne souhaite pas démissionner du Modem pour autant.

Le sénateur des Yvelines ajoute par ailleurs se retrouver dans le programme de Valérie Pécresse, chef de l’UMP pour l’Ile-de-France, à travers « le souci de justice et l’attention à la personne ».