Neuf villes de Seine-Saint-Denis regroupées en communauté d’agglomération

Neuf villes de Seine-Saint-Denis, parmi lesquelles Montreuil, Pantin et Bagnolet, vont se regrouper à partir du 1er janvier dans une communauté d’agglomération, la plus importante d’Ile-de-France avec environ 400.000 habitants. « Le premier objectif, c’est de faire exister ce territoire dans le projet du Grand Paris », a déclaré à l’AFP le maire de Pantin, Bertrand Kern (PS), pressenti pour devenir le président de cette communauté d’agglomération. « Aujourd’hui, nous sommes ignorés dans ce projet », a-t-il déploré. La communauté d’agglomération, qui regroupera également Les Lilas, le Pré-Saint-Gervais, Bobigny, Bondy, Romainville et Noisy-le-Sec, a été baptisée « Est ensemble ». Elle compte six municipalités socialistes, deux communistes et une verte. « Nous allons mutualiser nos moyens, (…) mais la montée en puissance de la communauté sera progressive », a ajouté M. Kern. Pour le maire de Bagnolet Marc Everbecq (PCF), la communauté d’agglomération « va permettre de financer de nouveaux projets ». Dans ce cadre, « l’Etat s’engage à donner entre 40 et 45 euros par habitant, ce qui représente 16 millions par an, et donc environ 3,5 millions pour Bagnolet », s’est-il félicité. Pour Marc Everbecq, il y a « de nombreux intérêts en commun » pour ces villes, dont « plusieurs connaissent des difficultés économiques et sociales grandissantes ». De plus, Bagnolet a perdu entre 3 et 4 millions de recettes de taxe professionnelle en huit ans, assure M. Everbecq. Cette communauté d’agglomération « s’inspire un peu de celle de Plaine Commune », qui regroupe en Seine-Saint-Denis, Saint-Denis, Aubervilliers, La Courneuve notamment, selon le maire de Bagnolet. « C’est un endroit qui ressemble au nôtre, même si nous n’avons pas l’atout du stade de France, et en dix ans, ils ont changé l’image de leur territoire en développant l’activité économique », a-t-il souligné. La première réunion d' »Est ensemble » se tiendra le 23 janvier à Romainville.

31 décembre: 8.000 policiers et militaires dans l’agglomération parisienne

Plus de 8.000 hommes et femmes de la préfecture de police (PP), des forces mobiles (CRS et gendarmes) et des forces armées seront mobilisés jeudi soir à Paris et dans les trois départements de la petite couronne, pour assurer la sécurité de la Saint-Sylvestre a-t-on appris mercredi auprès de la PP. Pour renforcer l’ensemble du dispositif constitué de fonctionnaires de toutes les directions de la PP, le préfet de police, Michel Gaudin, a fait appel aux militaires et aux unités mobiles de la réserve nationale. Le passage à la nouvelle année dans la capitale attire traditionnellement plusieurs centaines de milliers de personnes sur les Champs-Elysées et sous la Tour Eiffel, secteurs où des interdictions de circulation et de stationnement seront prises. Sous la Tour Eiffel un spectacle lumineux sera organisé à l’occasion du 120e anniversaire du monument. Pour prévenir tout risque de débordements, la PP mettra en place un important service d’ordre et un dispositif de circulation et de secours en organisant un contact opérationnel étroit entre tous les services concernés d’Ile-de-France. Dans le cadre de la mise en oeuvre de la police d’agglomération, un dispositif de prévention renforcée sera également déployé. Sur réquisition des autorités judiciaires, les services de police et de gendarmerie d’Ile-de-France opèreront des contrôles d’identités et procèderont, le cas échéant, à des interpellations. Ils seront appuyés par des moyens logistiques tels que des hélicoptères. La sous-direction régionale de la police des transports opèrera une surveillance renforcée des stations et gares connaissant de fortes affluences. Une surveillance qui sera également assurée par l’ensemble des services de police et de gendarmerie de la région. Des consignes de fermeté ont été données « pour dissuader et réprimer tous actes de violence qui viendraient gâcher l’esprit de fête devant prévaloir tout au long de la soirée dans la capitale », précise la PP.

Gratuité des transports franciliens lors de la nuit du 31 décembre

Les transports publics franciliens seront gratuits la nuit du 31 décembre, a annoncé mardi le syndicat des transports d’Ile-de-France (STIF), autorité organisatrice des transports dans la région, qui reconduit cette année encore cette opération de gratuité. Selon un communiqué du STIF, l’accès des métros, bus, trains, trams et RER circulant cette nuit-là sera gratuit « du 31 décembre 2009 à 17 heures au 1er janvier 2010 à 12 heures ». Le STIF rappelle que comme toutes les veilles de fêtes, tout le réseau de métro sera ouvert « jusqu’à 2h15 » du matin le 1er janvier. A partir de 2h15, ne seront ouvertes qu’un certain nombre de lignes et de stations. Les trains et les RER en service seront tous omnibus. Le réseau de bus Noctilien, en service de 0h30 à 5h30, sera adapté aux contraintes de circulation, périmètres de sécurité, fonctionnant en complément du réseau ferré (métro et RER). Les lignes de bus de rocade N01 et N02 ne circuleront pas, de même que toutes les lignes traversantes (N11 à N16), tandis que les lignes au terminus Châtelet seront déplacées: N 21 et N122 à gare Montparnasse, N22 à Place d’Italie, N23 à gare de l’Est, et N24 à gare Saint-Lazare. Deux lignes au terminus gare de l’Est seront déplacées: N144 à gare de Lyon et N145 à gare Montparnasse. Des circuits spéciaux de bus seront organisés au départ de quinze gares de la région IdF.

Bonne traversée de l’année 2010