Le « Grand Paris » invité du Conseil Général de Seine-Saint-Denis

Après le discours du Président de la République du 29 avril dernier dessinant l’avenir de la métropole francilienne, Claude Bartolone, Président du Conseil général de Seine-Saint-Denis, a convié Christian Blanc, secrétaire d’Etat en charge du développement de la région capitale, à échanger sur ce sujet avec les élus du département, à l’occasion d’une séance exceptionnelle.

L’assemblée a commencé avec une minute de silence en hommage aux Séquano-Dionysiens disparus au cours des deux catastrophes aériennes récentes.

 Après les présentations et remerciements d’usage, Claude Bartolone a débuté la séance en annonçant la manière retenue pour que la séance se déroule de la meilleure façon possible :

« […] il y avait le choix entre plusieurs attitudes. Une attitude complaisante, qui aurait consisté à dire que tout va bien ou une attitude polémique, qui aurait consisté à dire que tout va mal, notamment pour les collectivités locales. Je propose aujourd’hui que nous adoptions la manière républicaine, celle qui consiste à refuser la polémique sous prétexte que nos engagements politiques divergent. La manière républicaine c’est dans le même temps celle qui exige de nous une franchise totale et l’acceptation de la confrontation des points de vue. La manière républicaine c’est enfin celle qui place nos débats sous le signe de l’essentiel : la lutte contre les inégalités, et d’abord les inégalités sociales et territoriales. » 

Ouverture de séance par Claude Bartolone (PS)

Intervention de Daniel Guiraud(PS)

Intervention de  Jacqueline Rouillon et Hérvé Bramy(PCF)

Intervention de Serge Mery(PS)

Intervention de Gilbert Roger(PS)

Intervention de Pierre Laporte(PCF)

Intervention de Ludovic Toro & Michel Teulet(UMP)

Publicités

9trois.fr, Voilà, vous y êtes !

http://9trois.fr

 

Le site d’info et d’analyse

de la Seine Saint Denis

    100 % indépendant

.

journaux-71

100 % Non-Officiel

 

9trois.fr : le site qui monte, qui monte, qui monte !!

Quand l’idée de créer ce site a germé dans nos têtes à la fin de l’année dernière, nous avions conscience de la nécessité de cette création …

 Nous n’étions cependant pas en mesure d’estimer l’accueil que la population, les élus, les acteurs sociaux du département nous réserveraient !

vendeur-de-9troisfr

 

Le site 9trois.fr a été lancé il y a un mois, de cinq à six lecteurs les premiers jours, nous atteignons aujourd’hui le nombre de 1 500 visiteurs quotidiens !!   

Sur Facebook : en un mois plus de 1 100amis… Le plus important : parmi ces amis, il faut noter la présence de séquano-dionysiens de toutes origines sociales et culturelles, de députés, de maires, des conseillers municipaux, généraux et  régionaux de tous bords politiques.  

Nous souhaitons devenir un porte voix de la société civile, un « facilitateur » de dialogue entre la population et les acteurs publics et sociaux.  

Les moyens nous manquent encore pour travailler à rejoindre cet objectif : des collaborateurs (bénévoles, comme nous) dans toutes les villes du département pour nous envoyer des articles, des remarques, des photos, des dessins, des caricatures…  

N’hésitez pas, tout est utile pour le site : une photo prise de la fenêtre, un article incomplet, un poème, une vidéo, une musique… C’est tout ça le 9trois !! 

Faites du bruiiiiiiiiiiiiiit pour le 9trois !

 

Eric Raoult demande le retrait de Facebook d’un groupe réclamant son « immolation »

Le député de Seine-Saint-Denis a réclamé la suppression d’un groupe créé sur le site de réseau social intitulé « Pour l’immolation de Eric Raoult… il était une fois eric-raoul-9troisfrle raincix ».

Le député UMP de Seine-Saint-Denis Eric Raoult a demandé vendredi, dans un communiqué, le retrait du site de socialisation Facebook d’un groupe de membres intitulé « Pour l’immolation de Eric Raoult… il était une fois le raincix ».

Ce groupe, composé vendredi de 117 membres inscrits sur le site internet, « ne peut pas être considéré comme amusant ou plaisantin, il dépasse les bornes de l’acceptable », écrit le maire du Raincy, en évoquant un « climat de violence et d’utilisation du Net pour des appels et des incitations à la haine ».

Eric Raoult suscite l’intérêt des férus de Facebook: les groupes hostiles au député drainent plus de membres que ceux de ses partisans.  Avec AFP

Théâtre au cinéma – Bobigny (20 mars au 5 avril 2009)

Depuis 1990, en mars de chaque année, le Magic Cinéma de Bobigny crée l’événement avec le festival « Théâtres au cinéma ». Organisé en coproduction avec la Ville de Bobigny et le Conseil général de la Seine- Saint Denis, il accueille chaque année près de 9000 spectateurs venus d’Île de France, et plus particulièrement de Bobigny, de Paris et de la Seine-Saint-Denis.

C’est une édition à l’italienne que nous ont concoctée les organisateurs du festival, avec cette 20ème édition de Théâtres au cinéma !

Le festival Théâtres au cinéma, c’est l’exploration des rapports entre les deux arts. S’y trouvent mis en parallèle l’intégrale de l’œuvre d’un cinéaste et un hommage à un dramaturge ou à un écrivain. Le but ? Mettre en évidence la complexité des liens entre théâtre et cinéma ; s’interroger quant aux interactions existant entre ces deux disciplines de caractère.Cette année, Marco Bellochio et Carmelo Bene sont mis à l’honneur. Les rassembler ici, c’est rendre hommage, au delà de leurs différences, à une même volonté de résistance : l’art au service d’un regard sur la société. Entre fictions, essais cinématographiques, documentaires et textes théâtraux portés à l’écran, ce sont 15 courts-métrages, 20 longs-métrages et 10 documentaires de Marco Bellochio qui vont être projetés entre le vendredi 20 mars et le dimanche 5 avril. Coté auteur, le public aura l’occasion de (re)découvrir les 9 films de Carmelo Bene et 18 films tournés autour du travail théâtral de ce dernier.

A.S. avec   Il était une fois le cinéma

En garde à vue pour avoir annoncé sur un forum une tuerie bidon

 Un jeune homme de 18 ans a été interpellé pour avoit posté un message menaçant sur un forum…

«Au Raincy ça va saigner, j’ai des armes.» Ce message, posté sur un forum jeudi soir au lendemain de la tuerie de Winnenden, a valu à son auteur d’être placé dès vendredi en garde à vue. Interpellé à 6h à son domicile à  Villemomble (Seine-Saint-Denis), le jeune homme de 18 ans a expliqué avoir agi «par plaisanterie». La police n’a d’ailleurs trouvé aucune arme chez lui.article_photo_1234272530721-1-01

Alertée par le site hébergeant le forum, la police est remontée jusqu’au plaisantin grâce à l’adresse IP de son ordinateur. Le fait de communiquer ou divulguer des informations menaçantes sans fondement  (article 322-14 du code pénal) est puni de deux ans d’emprisonnement et 30.000 euros d’amende.

En décembre dernier, c’est une mère de cinq enfants qui avait été placée en garde à vue après avoir menacé sur Internet de se suicider avec ses enfants. Quant au message de Tim Kretschmer, prévenant sur un forum de la tuerie de Winnenden, c’était un faux.

Allocations familiales : En Seine-Saint-Denis, le service public est en danger

La Caisse d’allocations familiales de la Seine-Saint-Denis souffre d’un manque criant de personnel pour maintenir un service public de bonne qualité. Depuis plusieurs mois, ces difficultés se sont accentuées : des milliers de dossiers non traités, un bug informatique qui a eu pour conséquence le non versement de l’APL pour des milliers de familles, des files d’attentes interminables d’allocataires venant réclamer le rétablissement dans leurs droits.

Pour répondre à cette situation, la direction a décidé de fermer tous les accueils ( St Denis Pleyel, Rosny, Noisy-le-Grand et Bobigny) pour absorber le stock de courriers en attente et met en place des heures supplémentaires obligatoires pour le personnel.

« Et pourtant, s’insurge le syndicat CGT de la CAF 93, « ni le personnel, ni les allocataires ne sont responsables de cette situation et ils doivent en supporter les conséquences. La véritable responsabilité est la politique de restriction budgétaire, imposée par le gouvernement et la CNAF (Caisse Nationale), qui ne donne pas les moyens suffisants à notre CAF pour assurer un service public que sont en droit d’attendre les allocataires de notre Département. La précarité sans cesse en augmentation, la prise en charge du versement du RSA qui va apporter une masse de travail considérable, dès le mois de juin, aux CAF doit être pris en compte par les dirigeants.