Neuf villes de Seine-Saint-Denis regroupées en communauté d’agglomération

Neuf villes de Seine-Saint-Denis, parmi lesquelles Montreuil, Pantin et Bagnolet, vont se regrouper à partir du 1er janvier dans une communauté d’agglomération, la plus importante d’Ile-de-France avec environ 400.000 habitants. « Le premier objectif, c’est de faire exister ce territoire dans le projet du Grand Paris », a déclaré à l’AFP le maire de Pantin, Bertrand Kern (PS), pressenti pour devenir le président de cette communauté d’agglomération. « Aujourd’hui, nous sommes ignorés dans ce projet », a-t-il déploré. La communauté d’agglomération, qui regroupera également Les Lilas, le Pré-Saint-Gervais, Bobigny, Bondy, Romainville et Noisy-le-Sec, a été baptisée « Est ensemble ». Elle compte six municipalités socialistes, deux communistes et une verte. « Nous allons mutualiser nos moyens, (…) mais la montée en puissance de la communauté sera progressive », a ajouté M. Kern. Pour le maire de Bagnolet Marc Everbecq (PCF), la communauté d’agglomération « va permettre de financer de nouveaux projets ». Dans ce cadre, « l’Etat s’engage à donner entre 40 et 45 euros par habitant, ce qui représente 16 millions par an, et donc environ 3,5 millions pour Bagnolet », s’est-il félicité. Pour Marc Everbecq, il y a « de nombreux intérêts en commun » pour ces villes, dont « plusieurs connaissent des difficultés économiques et sociales grandissantes ». De plus, Bagnolet a perdu entre 3 et 4 millions de recettes de taxe professionnelle en huit ans, assure M. Everbecq. Cette communauté d’agglomération « s’inspire un peu de celle de Plaine Commune », qui regroupe en Seine-Saint-Denis, Saint-Denis, Aubervilliers, La Courneuve notamment, selon le maire de Bagnolet. « C’est un endroit qui ressemble au nôtre, même si nous n’avons pas l’atout du stade de France, et en dix ans, ils ont changé l’image de leur territoire en développant l’activité économique », a-t-il souligné. La première réunion d' »Est ensemble » se tiendra le 23 janvier à Romainville.

Publicités

Tir de flashball à Montreuil: un policier mis en examen

Un policier a été mis en examen pour « violences volontaires » dans l’affaire du tir de flashball ayant entraîné la perte de l’oeil d’un homme de 34 ans le 8 juillet à Montreuil, en région parisienne, a-t-on appris mardi de sources judiciaires.

« Le juge (Jean Gervilliers, ndlr) chargé de l’enquête a procédé à une mise en examen d’un fonctionnaire de police », ont indiqué à l’AFP ces sources.

ALeqM5heytH6jw-r3IRYXEWt4raG6DYmcw[1]

D’après celles-ci, le policier mis en examen serait l’auteur du tir et appartient à la brigade anticriminalité (BAC). Il a été convoqué « la semaine dernière » par le juge, qui lui a notifié sa mise en examen. Mais il reste libre. Le juge lui a interdit de porter une arme mais il n’a pas interdiction d’exercer, a précisé l’une de ces sources judiciaires.

Il est notamment reproché au fonctionnaire de police, – qui doit maintenant être entendu « sur le fond » de l’affaire par le magistrat instructeur -, des « violences volontaires ayant entraîné une infirmité ou une mutilation par dépositaire de l’autorité publique », selon les sources, faits pour lesquels il a été mis en examen.

Cette mise en examen fait suite, selon l’une ces sources, à une enquête de l’Inspection générale des services (IGS, « police des polices ») dans laquelle des experts avaient indiqué que des policiers n’avaient apparemment pas respecté les règles d’utilisation du flashball, en vigueur dans la police, lors du tir incriminé. La même enquête a « sérié et désigné quel a été l’auteur présumé » du tir de flashball.

L’instruction, selon la même source, devait maintenant s’attacher à déterminer s’il y a, ou non, « d’autres responsabilités, directes ou indirectes », notamment de la hiérarchie du policier.

Dans la journée du 8 juillet, de violents heurts avaient opposé des membres des forces de l’ordre et des manifestants soutenant les occupants d’une clinique désaffectée expulsés à Montreuil. Joachim Gatti, 34 ans, qui participait à ce rassemblement, avait perdu un oeil à la suite d’un tir de flashball.

La préfecture de Seine-Saint-Denis avait indiqué que les policiers avaient riposté aux projectiles des manifestants en utilisant ce pistolet à balles en caoutchouc non perforantes. A dix mètres de distance, sa balle fait l’effet d’un uppercut donné par un bon boxeur.

Une information judiciaire avait été ouverte fin juillet par le Parquet de Bobigny (Seine-Saint-Denis) pour déterminer les circonstances dans lesquelles le tir de flashball avait été tiré.

9trois.fr, Voilà, vous y êtes !

http://9trois.fr

 

Le site d’info et d’analyse

de la Seine Saint Denis

    100 % indépendant

.

journaux-71

100 % Non-Officiel

 

Seine-Saint-Denis. Neuf villes veulent former la plus grande intercommunalité d’Ile-de-France

Neuf villes de l’Est de la Seine-Saint-Denis ont annoncé le 7avril leur volonté de former « la plus grande intercommunalité d’Ile-de-France avec près de 400.000 habitants ».

« En pleine crise sociale, économique et écologique, l’heure n’est plus au statu quo ni au repli sur soi », estiment les maires des villes concernées (Bagnolet, Bondy, Les Lilas, Le Pré-Saint-Gervais, Montreuil, Noisy-le-Sec, Pantin et Romainville) pour affirmer leur « volonté partagée » de « s’unir » et « de s’engager dans un processus de coopération intercommunale ».9troisfr-2
L’ambition « sera de mener un projet de développement conciliant attractivité et performance économiques, développement durable et solidarité », ajoutent-ils.
Les élus formalisent pour l’instant cette union en créant « une association de préfiguration en vue d’une nouvelle intercommunalité ».

Par ailleurs, alors que les discussions sur le Grand Paris ne sont pas closes, les villes de Sevran, Tremblay-en-France et Villepinte, au nord-est du département, ont annoncé le même jour leur intention de créer une intercommunalité « dans le sens d’un rééquilibrage des territoires » composant la métropole parisienne, avec l’ambition d’élargir son périmètre aux villes voisines de Seine-Saint-Denis et Seine-et-Marne.

La Seine-Saint-Denis compte jusqu’à présent deux intercommunalités : Plaine Commune (350.000 habitants), qui regroupe huit villes au nord de Paris (Aubervilliers, Epinay-sur-Seine, La Courneuve, L’Ile Saint Denis, Pierrefitte-sur-Seine, Saint-Denis, Stains et Villetaneuse) et la communauté de communes de l’Aéroport du Bourget (60.000 habitants), réunissant Drancy, Le Bourget et Dugny.  AFP

Texte anti-piratage: « confirmation de la déviance autoritaire du régime »

Le député Jean-Pierre Brard (app-PCF) a affirmé mardi que le projet de loi antipiratage sur internet, actuellement en discussion à l’Assemblée nationale, était « la confirmation de la déviance autoritaire du régime ».

« Ce qui nous choque, c’est l’atteinte aux libertés individuelles » avec la coupure en cas de téléchargement illégal, même si « la question de la rémunéjean-pierre-brard-9troisfr-9troisnetration des artistes est une vraie question », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse.Selon le député de Seine-Saint-Denis, « c’est la loi du bâillon qui continue », après le texte sur l’audiovisuel public et la réforme du travail législatif.

Il a ainsi dénoncé le fait que le président de l’Hadopi, la Haute autorité de protection des droits sur internet chargée de mettre en place les sanctions en cas de piratage, serait nommé par décret par le pouvoir exécutif.

Parmi les trois noms proposés par le Conseil d’Etat, la Cour de cassation et la Cour des comptes, « sa majesté impériale décidera qui sera retenu », a ironisé M. Brard en allusion à Nicolas Sarkozy. « C’est la confirmation de la déviance autoritaire du régime », a-t-il dit. »Le texte initial prévoyait que le président de cette autorité indépendante serait élu en son sein.

Prix de l’Ethique 2008, Amad Ly est mis en examen

 Amad Ly a été écroué pour enlèvement, séquestration, tentative d’assassinat et violences aggravées. Lors des émeutes de 2005, Amad Ly avait prôné le dialogue et l’engagement citoyen.

Il s’était distingué lors des émeutes de 2005 en prônant l’engagement citoyen et le dialogue au détriment de la violence. Il avait vu son rôle de «grand frère» récompensé en novembre dernier par le prix de l’Etique, vait alors été salué par  Fadela Amara. Amad Ly est aujourd’hui écroué pour enlèvement, séquestration, tentative d’assassinat et violences aggravées.

Âgé de 28 ans, le jeune homme a été mis en examen samedi et incarcéré en attendant que le juge de la liberté et de la détention se prononce sur son sort dans un dossier dont les éléments n’ont pas été révélés.

Mercredi après-midi, Amad Ly a tenté de s’évader du commissariat de Montreuil où il était entendu sur commission rogatoire et s’est fracturé le talon en sautant du deuxième étage. Levée pour raison médicale mercredi soir, sa garde à vue a repris vendredi et s’est poursuivie jusqu’à samedi après-midi. Deux de ses frères ont déjà été déférés devant le juge d’instruction de Bobigny saisi de l’information judiciaire visant des faits commis le 14 janvier 2009 en Seine-Saint-Denis et en Seine-et-Marne, précise une source proche du dossier.     Avec AFP

9trois.fr : le site qui monte, qui monte, qui monte !!

Quand l’idée de créer ce site a germé dans nos têtes à la fin de l’année dernière, nous avions conscience de la nécessité de cette création …

 Nous n’étions cependant pas en mesure d’estimer l’accueil que la population, les élus, les acteurs sociaux du département nous réserveraient !

vendeur-de-9troisfr

 

Le site 9trois.fr a été lancé il y a un mois, de cinq à six lecteurs les premiers jours, nous atteignons aujourd’hui le nombre de 1 500 visiteurs quotidiens !!   

Sur Facebook : en un mois plus de 1 100amis… Le plus important : parmi ces amis, il faut noter la présence de séquano-dionysiens de toutes origines sociales et culturelles, de députés, de maires, des conseillers municipaux, généraux et  régionaux de tous bords politiques.  

Nous souhaitons devenir un porte voix de la société civile, un « facilitateur » de dialogue entre la population et les acteurs publics et sociaux.  

Les moyens nous manquent encore pour travailler à rejoindre cet objectif : des collaborateurs (bénévoles, comme nous) dans toutes les villes du département pour nous envoyer des articles, des remarques, des photos, des dessins, des caricatures…  

N’hésitez pas, tout est utile pour le site : une photo prise de la fenêtre, un article incomplet, un poème, une vidéo, une musique… C’est tout ça le 9trois !! 

Faites du bruiiiiiiiiiiiiiit pour le 9trois !