Bastille: sans-papiers occupent les marches

Après avoir été délogés par la police hier, les travailleurs sans-papiers ont décidé de rester.

Plusieurs centaines de salariés sans-papiers évacués jeudi matin des marches de l’Opéra Bastille à Paris ont décidé dans la soirée de camper à nouveau devant le bâtiment pour protester contre le refus des autorités de les régulariser.  

Jeudi matin, les forces de police ont procédé à l’évacuation des salariés sans papiers, dont beaucoup d’Africains,.

« On est en bas des marches. On ne bouge plus. On est prêt à reprendre la négociation tout de suite », a expliqué devant des sans-papiers et des sympathisants Raymond Chauveau, coordinateur du mouvement au sein de la CGT.
Jeudi soir, la direction de l’Opéra Bastille a précisé dans un communiqué avoir saisi « les autorités compétentes » devant la poursuite du mouvement, « seules à même d’apprécier les moyens de rétablir un fonctionnement normal et sûr » de l’opéra.

Des milliers de fonctionnaires défilent à Paris

Les secteurs concernés sont l’enseignement, les hôpitaux ou encore les services communaux.

Ce jeudi trois syndicats, CGT, Solidaires et FSU, ont appelé à une grève nationale dans la fonction publique. A la mi-journée, des milliers de fonctionnaires ont manifesté entre la place de la République et Richelieu-Drouot, 15.000 selon les syndicats et 6.600 manifestants selon la police.

Les syndicats dénoncent les suppressions de postes engagées dans le cadre de la RGPP (révision générale des politiques publiques). 

Ainsi de nombreuses directions départementales dans les domaines de l’équipement, des services sanitaires et sociaux… sont amenées à fusionner. La règle étant le non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux qui part à la retraite.

Les syndicats de fonctionnaires d’Etat, hospitalière et collectivités territoriales, ont relevé entre 25 et 35% de grévistes, tout confondu.

Dans l’enseignement, la grogne monte également. Ce sont toujours les suppressions de postes qui sont en cause. Selon le ministère de l’Education Nationale, 15,7% des agents étaient en grève.

Au total 5 millions de fonctionnaires étaient concernés par cet appel à la grève.

RER A: la grève continue, les négociations aussi!

RER A: nouvelles perturbations prévues mercredi, réunion en cours

Le trafic du RER A sera encore perturbé mercredi sur la partie RATP, avec un train sur deux aux heures de pointe et un trafic quasi-nul aux heures creuses, sous réserve de l’issue d’une réunion avec les syndicats toujours en cours mardi en début de soirée, a indiqué la RATP.

  Il y aurait seulement un train sur deux de 7H30 à 9H30 et de 16H30 à 19H30.
 Une réunion entre syndicats et direction a débuté mardi vers 16H00 et les pourparlers suspendus à la demande des syndicats peu après 17H30, a indiqué à l’AFP la direction.
 La réunion a repris après 20h00, selon la direction.
 La grève des conducteurs est entrée mardi dans son 6e jour. A l’appel des syndicats CGT, CFDT, FO, Sud, Unsa et Indépendants, ils revendiquent une prime salariale et une amélioration des conditions de travail dégradées sur cette ligne qui est la plus grosse ligne de transport en commun urbain en France.
 Le RER A traverse d’ouest en est l’agglomération parisienne.
Le tronçon RATP court de Saint-Germain-en-Laye et Nanterre à Boissy-Saint-Léger et Marne-La-Vallée.

Grève illimitée dans les bureaux de poste parisiens

A la veille de la journée de grève nationale à La Poste, mardi 22 septembre,le service postal risque d’être très perturbé à Paris dès lundi, quatre syndicats (CGT, SUD, CFTC, FO) ayant appelé à une « grève illimitée » dans les 185 bureaux de la capitale, où 140 postes ont été supprimés aux guichets en neuf mois, selon eux. « Avec les réorganisations, les files d’attente se multiplient », affirme la CGT. Dès le 7 septembre, une grève a commencé au bureau de poste parisien de Château-Rouge (18e arrondissement) pour réclamer l’abandon des projets de réorganisation et des embauches.

OFRTP-FRANCE-LA-POSTE-GREVE-20090921

 

Tous les syndicats (CGT, SUD, CFDT, FO et CFTC) appellent les postiers à une « journée nationale de grèves et de manifestations », mardi, contre le changement de statut de l’entreprise en société anonyme et « l’ouverture du capital ».

Fin juillet, le conseil des ministres avait adopté un projet de loi, qui doit passer au Sénat en octobre, faisant de La Poste une société anonyme à capitaux publics. Cette réforme doit permettre une augmentation de capital de 2,7 milliards d’euros, destinée selon le gouvernement à « moderniser » et « adapter » La Poste à l’ouverture totale à la concurrence au 1er janvier 2011.

Les syndicats y voient une « privatisation ». Ils craignent une amplification des réductions d’effectifs, une détérioration des conditions de travail, ainsi qu’une remise en cause de la distribution du courrier six jours sur sept et la disparition d’un prix du timbre unique sur tout le territoire.

9trois.fr : le site qui monte, qui monte, qui monte !!

Quand l’idée de créer ce site a germé dans nos têtes à la fin de l’année dernière, nous avions conscience de la nécessité de cette création …

 Nous n’étions cependant pas en mesure d’estimer l’accueil que la population, les élus, les acteurs sociaux du département nous réserveraient !

vendeur-de-9troisfr

 

Le site 9trois.fr a été lancé il y a un mois, de cinq à six lecteurs les premiers jours, nous atteignons aujourd’hui le nombre de 1 500 visiteurs quotidiens !!   

Sur Facebook : en un mois plus de 1 100amis… Le plus important : parmi ces amis, il faut noter la présence de séquano-dionysiens de toutes origines sociales et culturelles, de députés, de maires, des conseillers municipaux, généraux et  régionaux de tous bords politiques.  

Nous souhaitons devenir un porte voix de la société civile, un « facilitateur » de dialogue entre la population et les acteurs publics et sociaux.  

Les moyens nous manquent encore pour travailler à rejoindre cet objectif : des collaborateurs (bénévoles, comme nous) dans toutes les villes du département pour nous envoyer des articles, des remarques, des photos, des dessins, des caricatures…  

N’hésitez pas, tout est utile pour le site : une photo prise de la fenêtre, un article incomplet, un poème, une vidéo, une musique… C’est tout ça le 9trois !! 

Faites du bruiiiiiiiiiiiiiit pour le 9trois !

 

Allocations familiales : En Seine-Saint-Denis, le service public est en danger

La Caisse d’allocations familiales de la Seine-Saint-Denis souffre d’un manque criant de personnel pour maintenir un service public de bonne qualité. Depuis plusieurs mois, ces difficultés se sont accentuées : des milliers de dossiers non traités, un bug informatique qui a eu pour conséquence le non versement de l’APL pour des milliers de familles, des files d’attentes interminables d’allocataires venant réclamer le rétablissement dans leurs droits.

Pour répondre à cette situation, la direction a décidé de fermer tous les accueils ( St Denis Pleyel, Rosny, Noisy-le-Grand et Bobigny) pour absorber le stock de courriers en attente et met en place des heures supplémentaires obligatoires pour le personnel.

« Et pourtant, s’insurge le syndicat CGT de la CAF 93, « ni le personnel, ni les allocataires ne sont responsables de cette situation et ils doivent en supporter les conséquences. La véritable responsabilité est la politique de restriction budgétaire, imposée par le gouvernement et la CNAF (Caisse Nationale), qui ne donne pas les moyens suffisants à notre CAF pour assurer un service public que sont en droit d’attendre les allocataires de notre Département. La précarité sans cesse en augmentation, la prise en charge du versement du RSA qui va apporter une masse de travail considérable, dès le mois de juin, aux CAF doit être pris en compte par les dirigeants.

15.000 manifestants à Paris pour soutenir la Guadeloupe

Les manifestants ont observé une minute de silence en hommage à Jacques Bino, syndicaliste tué par balle dans la nuit de mardi à mercredi.

De 10.000 (police) à 15.000 (organisateurs) personnes ont manifesté ce samedi après-midi à Paris en solidarité «avec les mouvements initiés en Guadeloupe contre la vie chère», à l’appel du collectif «Continuité LKP» (Liyannaj kont Pwofitasyon) soutenu par des syndicats et des partis de gauche.
9-trois-9trois-neuftrois
Les manifestants, la plupart d’origine antillaise, ont quitté la place de la République peu avant 14h30 en direction de la place de la Nation derrière une banderole «Continuité LKP».

Parmi les manifestants figuraient Harlem Désir (PS), Denis Baupin (Verts), Jean-Luc Mélenchon (Parti de Gauche), Arlette Laguiller et Nathalie Arthaud (LO) et Alain Krivine (NPA), suivis des cortèges de la CGT, la CFDT et de Sud.

Pour Razzy Hammadi, secrétaire national du PS aux services publics, «il y a une revendication de dignité et de respect qui, elle, est universelle. Ce n’est pas une manifestation de Noirs et d’Antillais, ce n’est pas un territoire particulier». «Le gouvernement doit accepter sa défaite», a-t-il lancé.

«Notre vraie solidarité serait de faire comme eux pour faire reculer le gouvernement», a dit Sandra Demarcq (NPA), parlant d’«oppression de classe et d’oppression coloniale» dans les Antilles, alors que le leader de son parti Olivier Besancenot se trouve actuellement en Guadeloupe.

«La vie est chère sous les cocotiers»

Pariant également sur l’effet de contagion, Nathalie Arthaud (LO) a estimé que «si un mouvement aussi puissant qu’en Guadeloupe se produisait en métropole, le gouvernement serait forcé de reculer». «Nos revendications sont les mêmes», a-t-elle relevé.

Certains manifestants portaient un brassard blanc en signe de deuil après la mort du syndicaliste Jacques Bino, tué par balle dans la nuit de mardi à mercredi en Guadeloupe. Une minute de silence a été observée en hommage à cet homme, dont les obsèques auront lieu dimanche. Des militants de la CGT-impôts brandissaient des portraits de Jacques Bino.

Parmi les banderoles et slogans, on pouvait lire ou entendre «la vie est chère sous les cocotiers», «200 euros ici aussi, yes we can», «Dom-Tom métropole solidarité» et «Guadeloupe, Martinique, Guyane, Réunion: ce combat est le nôtre».

Environ 500 personnes se sont par ailleurs rassemblées devant la mairie de Marseille en solidarité avec la Guadeloupe et en hommage à Jacques Bino.

A Toulouse aussi, plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées devants la préfecture .(Source AFP)