La FCPE-94 dénonce une « grande braderie » de l’éducation devant un magasin

La Fédération des parents d’élèves (FCPE) du Val-de-Marne a dénoncé vendredi une « grande braderie » de l’éducation, lors d’un point de presse organisé devant le magasin Intermarché où le ministre de l’Education Luc Chatel s’était rendu en août.

M. Chatel « assume la continuité et l’héritage des réformes (de l’ancien ministre Xavier) Darcos », a déclaré Alain Buch, président de la FCPE-94, avant de dresser le bilan d’une rentrée selon lui « très difficile ».

Evoquant la situation des emplois vie scolaire (EVS) dont les contrats se sont achevés en juin, les suppressions de postes d’enseignants, la réduction des effectifs des enseignants Rased (spécialistes de la grande difficulté scolaire dans les écoles), les jeunes n’ayant pas encore d’affectation ou les problèmes de scolarisation des enfants de 2-3 ans, M. Buch a estimé que « la logique de toutes ces réformes, (c’est que) ce sont les familles les plus défavorisées qui trinquent ».

C’est une « grande braderie » de l’éducation, a ajouté le responsable de la FCPE-94 devant les portes du magasin Intermarché de Villeneuve-le-Roi (Val-de-Marne) où M. Chatel a fait en août la promotion de l’opération des « essentiels de la rentrée », des fournitures scolaires à bas prix. Ce jour-là, des salariés d’Intermarché avaient été invités à faire de la figuration, une initiative dont l’enseigne avait assumé l’entière responsabilité.

Interpellés par un responsable du magasin sur leur présence à cet endroit sans demande d’autorisation, les militants de la FCPE ont rétorqué qu’ils étaient venus eux aussi présenter « (leurs) essentiels ».