Un grand 1er Mai unitaire

Les traditionnels défilés du 1er Mai,  ont débuté dès ce samedi matin. Cinq organisations syndicales appellent cette année à une grande manifestation commune le 1er mai, pour l’emploi, les retraites, le pouvoir d’achat.

 A suivre…

Publicités

Un apéro géant sur le Champ de Mars ?

L’idée lancée sur Facebook ne réjouit pas la maire du 7e arrondissement et certains riverains.

Pour les uns, apéro géant rime avec convivialité, fête et bonne humeur, pour les autres ces réunions initiées sur la Toile notamment via le réseau social Facebook, sont des rendez-vous de débauche où l’unique but est l’alcoolisation massive. Les apéro-géants n’en finissent pas d’affoler les préfectures qui cherchent  à interdire ces rassemblements.

C’est au tour de Paris d’être concernés par ces apéritifs en plein air, où un évènement de ce type est annoncé pour le 23 mai sur le champ de mars aux pieds de la Tour Eiffel. Quasiment 11.000 membres ont déjà confirmé leur participation.

La nouvelle inquiète les riverains et déplaît fortement à la maire du 7e arrondissement, Rachida Dati….. Il faut toutefois dire que dans certaines villes, comme à Nantes, où des apéros géants se sont déroulés, certains se sont soldés par des comas éthyliques.

Dissolution de cinq groupes de supporteurs du PSG

La décision a été prise par décret du ministère de l’Intérieur et signé par le Premier Ministre.

Ils s’en doutaient, cinq groupes de supporteurs du PSG ont été dissouts pour violences. Il s’agit notamment de « Commando Loubard » et « Milice Paris » de la tribune de Boulogne, et des associations « Supras Auteuil 1991 », « Paris 1970 la Grinta » et « les Authentiks » de la tribune d’Auteuil.

Les avocats des Supras et des Authentiks ont déclaré qu’ils allaient déposer des recours devant le Conseil d’Etat.

Cette décision fait suite aux violences entre supporteurs, notamment en marge du match PSG-OM le 28 février dernier, où l’un d’entre eux est mort suite à un lynchage.

Ces sanctions, selon le ministre de L’Intérieur Brice Hortefeux, « s’inscrivent dans une démarche résolue d’élimination de nos stades de pseudos supporteurs au comportement totalement insupportable ».
Pour les spécialistes ces mesures ne règlent pas les problèmes de violences dans les stades. On se souvient de la dissolution il y a quelques années des Boulogne Boys. Pourtant, les individus violents sont toujours dans les stades. Une association de supporteur remplit un rôle d’encadrement. C’est aussi l’interlocuteur privilégié avec le club. Ils négocient les prix des places ou encore la couleur des maillots.

Toutefois d’autres mesures devraient proposées dans les semaines à venir pour éradiquer la violence des stades, notamment dans le cadre de la loi LOPPSI (loi d’orientation sur la sécurité intérieure), qui doit être discutée au Sénat. Parmi ces mesures: la mise en place d’un couvre-feu anti-hooligans, la possibilité d’interdire les déplacements de supporteurs dangereux, l’obligation de pointage pour tous les interdits de stades ou encore l’allongement de la durée d’interdiction.

Retour à la normale dans les aéroports parisiens

Le trafic est redevenu normal après une semaine de paralysie.

Après sept jours de paralysie à cause du nuage de cendres venant d’Islande, le trafic est revenu à la normal à l’aéroport de Roissy Charles-de-Gaulle avec 1.500 vols au départ et à l’arrivée. Trafic conforme également à l’aéroport d’Orly avec 700 vols au départ et à l’arrivée…

Toutefois, 43.000 Français restent encore bloqués à l’étranger. Le gouvernement souhaitait un rappatriement dans les 48 heures après la reprise du trafic. Il semble que cet objectif ne pourra être atteint. Le SNAV, syndicat national des agences de voyages table sur un rappatriement d’ici à la semaine prochaine.

Appel à témoin pour le meurtre d’une jeune femme

La police lance un appel à témoins pour retrouver le meurtrier d’Audrey Verdol, retrouvée morte en Seine et Marne

La police judiciaire a lancé un appel à témoins après la découverte, le 25 novembre dernier, du corps d’une jeune femme de 22 ans dans la forêt de Montge-en-Goëlle (Seine-et-Marne).

Le 11 avril 2009, Audrey Verdol, née le 14 mai 1987 à Pointe-à-Pitre, avait quitté son domicile du Blanc-Mesnil (Seine-Saint-Denis) et disparu, ne retournant plus à son travail situé à Meudon (Hauts-de-Seine) et ne donnant plus aucune nouvelle, ni à sa famille, ni à ses amis.
 Le 25 novembre 2009 vers 13H15, son corps était retrouvé dans la forêt de Montge-en-Goëlle, un sac en plastique noué sur la tête.
 Pour les besoins de l’enquête, le Service départemental de police judiciaire de Seine-Saint-Denis (SDPJ 93) lance un appel à toute personne permettant l’identification du ou des auteurs de l’enlèvement et du meurtre de Mlle Verdol, qui peuvent se manifester 24h/24h au 01.45.44.31.82

 

 

Bartolone interpelle Besson sur l’accueil des étrangers à la préfecture de Bobigny

Le député PS et président du conseil général de Seine-Saint-Denis Claude Bartolone a interpellé vendredi le ministre de l’Immigration Eric Besson sur l’accueil des étrangers à la préfecture de Bobigny. M. Bartolone « attire l’attention » du ministre « sur la dégradation des conditions d’accueil des étrangers et des délais d’instruction de leurs dossiers par la préfecture de Seine-Saint-Denis à Bobigny ». Il dénonce « des conditions indignes » et demande dans une question écrite « quelles mesures le gouvernement entend prendre pour améliorer notablement l’accueil des étrangers à la préfecture de Bobigny ainsi que le délai de traitement de leurs dossiers ». « Un simple retrait de dossier, la notification d’un changement d’adresse, une demande d’information nécessitent plusieurs heures d’attente et contraignent de plus en plus souvent les usagers exposés aux intempéries de l’hiver à patienter la nuit entière », écrit-il. Une habitante lui a rapporté qu’elle avait, « après plusieurs tentatives infructueuses, pu retirer un dossier à 17h00 en arrivant à 03h00 du matin et en attendant 14 heures dans le froid glacial d’un jour de janvier ». « Les tickets de rendez-vous, distribués dans la file d’attente, font l’objet d’un véritable trafic tant leur nombre est insuffisant », ajoute le président du conseil général.

Quartier d’affaires: la mairie de Nanterre organise son forum sur La Défense

Architectes, syndicalistes, élus et habitants sont invités à débattre vendredi soir de l’avenir du quartier d’affaires de La Défense, une rencontre organisée par la mairie PCF de Nanterre, qui multiplie les initiatives pour s’opposer aux projets du gouvernement sur ce site. Parmi les invités, les architectes Roland Castro et Antoine Grumbach, dont les travaux ont fait partie des dix projets sur le Grand Paris. Elus, associatifs et syndicalistes seront également présents, annonce la mairie, qui espère « au moins 800 personnes ». Depuis des mois, la mairie de Nanterre multiplie les initiatives pour protester contre les projets de l’Etat, notamment la fusion de l’Etablissement public d’Aménagement de La Défense (Epad), qui couvre les 160 hectares du quartier d’affaires, avec l’Etablissement public d’aménagement Seine-Arche (Epasa), chargé d’urbaniser 320 hectares sur la zone voisine de Nanterre. Le maire de Nanterre Patrick Jarry (PCF), qui préside l’Epasa, craint ainsi de perdre son pouvoir d’aménagement sur une grande partie de sa commune. Le rendez-vous est organisé sur le parvis de La Défense, à l’espace Grande Arche, de 17H00 à 22H00.