La vie quotidienne de tous les lycées d’Ile-de-France bientôt en ligne

Les notes, les emplois du temps, les cours ou les cahiers de textes des classes de tous les lycées d’Ile-de-France seront bientôt accessibles en ligne, grâce à un « espace numérique de travail » dévoilé mercredi par le président PS de la région Ile-de-France, Jean-Paul Huchon. Baptisé Lilie et accessible à l’adresse http://lilie.iledefrance.fr, il permettra à tous les membres de la communauté éducative, à partir de n’importe quel ordinateur connecté à internet, d’accéder « à tout ce qui fait la vie quotidienne de l’établissement », selon la Région. Par exemple: le cahier de texte de la classe, les emplois du temps, les absences et retards, les notes, les cours ou d’autres documents pédagogiques. Le déploiement de ce logiciel libre dans l’ensemble des 471 lycées franciliens se fera en trois ans et 60 établissements volontaires ouvriront le bal à la rentrée prochaine, mais le cahier de textes numérique de chaque classe sera lui disponible dès la rentrée 2010 dans tous les lycées de la région. Pour avoir accès à ces données, l’utilisateur disposera d’un code d’accès personnel, avec identifiant et mot de passe, et ne pourra accéder qu’aux données qui le concernent directement. Un élève n’aura ainsi pas accès aux notes du reste de la classe. S’ils le souhaitent, les parents pourront voir les notes de leurs enfants, mais après un délai de 48 heures. Lilie est aussi une plate-forme interactive, qui permettra aux membres de la communauté éducative d’échanger 24 heures sur 24. Un enseignant ne pourra cependant pas être dérangé par d’éventuels messages de ses élèves à toute heure du jour ou de la nuit: il suffira pour cela qu’il ne soit pas connecté à Lilie. Le déploiement de ce logiciel coûtera 24 millions d’euros, le montant du contrat qui lie la région à son prestataire, Logica. Le président de la région doit présenter ce système mercredi à 10h00 au lycée Louis de Broglie de Marly-le-Roi (Yvelines). Dans son entourage, on assure que cette présentation n’est pas liée à la campagne des élections régionales en Ile-de-France, où M. Huchon est candidat à sa propre succession, car « la région prépare le déploiement de ce système depuis 2005 ». Il a été expérimenté depuis cette date dans 15 lycées.

Publicités

IdF : Huchon va proposer un plan d’un milliard pour la santé publique

Le président de la région Ile-de-France Jean-Paul Huchon (PS) a annoncé mercredi son « ambition de donner une nouvelle dimension à l’engagement du conseil régional en matière de santé » passant par « un plan d’un milliard d’euros consacré à la santé publique ».

Au cours d’un colloque à la Pitié Salpetrière sur les CHU organisé par l’AP-HP, M. Huchon a fixé deux conditions à ce projet : « qu’on ne nous supprime pas la clause de compétence en matière médicale et que nos ressources restent les mêmes ».

Le président du conseil régional faisait allusion dans le premier cas au projet de loi sur la réforme territoriale examiné mercredi en conseil des ministres et dans le second à la réforme de la taxe professionnelle.

Rappelant que la région avait consacré 300 millions d’euros entre 2004 et 2009 à la recherche médicale et à la santé, M. Huchon a affirmé que le « désengagement massif de l’Etat (le) conduis(ait) aujourd’hui, à penser qu’il faut faire plus ».

« Face au constat de vétusté que nous faisons tous de l’hôpital public en Ile-de-France, la région ne peut rester inactive et doit répondre à une urgence sanitaire et sociale », a-t-il dit.

Le président du conseil régional a décliné un plan en plusieurs volets portant sur l’égalité territoriale d’accès aux soins, l’état de santé des jeunes en difficulté ou exclus qui se dégrade et des financements accrus « pour améliorer notamment les urgences ».

Il entend aussi « soutenir la recherche médicale, investir, dans les équipements de pointe par exemple, et mettre l’accent sur la psychiatrie », « spécialité médicale déconsidérée et sous dotée depuis des années ».

M. Huchon a dit son espoir que le gouvernement « saura cette fois entendre », « même s’il reste terriblement centralisateur ».

Il a demandé que la région IdF siège dans les nouvelles agences régionales de santé et intervienne dans les décisions de constitution et d’implantation des futurs instituts hospitalo-universitaires qui seront performants pour la recherche en santé.

Il a souhaité aussi que le second plan de relance prévoye des investissements dans la santé, « incroyable oubliée du premier plan ».

Le « Grand Paris » invité du Conseil Général de Seine-Saint-Denis

Après le discours du Président de la République du 29 avril dernier dessinant l’avenir de la métropole francilienne, Claude Bartolone, Président du Conseil général de Seine-Saint-Denis, a convié Christian Blanc, secrétaire d’Etat en charge du développement de la région capitale, à échanger sur ce sujet avec les élus du département, à l’occasion d’une séance exceptionnelle.

L’assemblée a commencé avec une minute de silence en hommage aux Séquano-Dionysiens disparus au cours des deux catastrophes aériennes récentes.

 Après les présentations et remerciements d’usage, Claude Bartolone a débuté la séance en annonçant la manière retenue pour que la séance se déroule de la meilleure façon possible :

« […] il y avait le choix entre plusieurs attitudes. Une attitude complaisante, qui aurait consisté à dire que tout va bien ou une attitude polémique, qui aurait consisté à dire que tout va mal, notamment pour les collectivités locales. Je propose aujourd’hui que nous adoptions la manière républicaine, celle qui consiste à refuser la polémique sous prétexte que nos engagements politiques divergent. La manière républicaine c’est dans le même temps celle qui exige de nous une franchise totale et l’acceptation de la confrontation des points de vue. La manière républicaine c’est enfin celle qui place nos débats sous le signe de l’essentiel : la lutte contre les inégalités, et d’abord les inégalités sociales et territoriales. » 

Ouverture de séance par Claude Bartolone (PS)

Intervention de Daniel Guiraud(PS)

Intervention de  Jacqueline Rouillon et Hérvé Bramy(PCF)

Intervention de Serge Mery(PS)

Intervention de Gilbert Roger(PS)

Intervention de Pierre Laporte(PCF)

Intervention de Ludovic Toro & Michel Teulet(UMP)

La campagne des élections Européennes au 9.3 : ça démarre fort bien pour Harlem Desir ! !

 La campagne pour les élections européennes commence tout juste en France, et dans notre département les amis et soutiens d’Harlem Désir ont déjà marqué des points en organisant un grand meeting au Lilas.

Meeting de lancement de la campagne PS "Européennes 2009" Ile de France

Meeting de lancement de la campagne PS "Européennes 2009" Ile de France

 

Hier soir, Harlem Désir,  la tête de liste PS pour la Région Ile de France, a pu savourer ce moment aux Lilas, devant une salle bien remplie, avec des invités peu avares de compliments et d’encouragements. Devant un public venu nombreux et avec le soutien actif de Claude Bartolone, Président du Conseil Général de Seine-Saint-Denis, et de Jean-Paul Huchon, Président du Conseil Régional, il a présenté le projet porté par le Parti Socialiste Européen.

dsc007442

 

Nous allons suivre cette campagne sur notre département, nous nous intéresserons aux listes présentées par les principaux partis politiques à travers des reportages, entretiens et interviews.  

A très bientôt !

 

 

9trois.fr : le site qui monte, qui monte, qui monte !!

Quand l’idée de créer ce site a germé dans nos têtes à la fin de l’année dernière, nous avions conscience de la nécessité de cette création …

 Nous n’étions cependant pas en mesure d’estimer l’accueil que la population, les élus, les acteurs sociaux du département nous réserveraient !

vendeur-de-9troisfr

 

Le site 9trois.fr a été lancé il y a un mois, de cinq à six lecteurs les premiers jours, nous atteignons aujourd’hui le nombre de 1 500 visiteurs quotidiens !!   

Sur Facebook : en un mois plus de 1 100amis… Le plus important : parmi ces amis, il faut noter la présence de séquano-dionysiens de toutes origines sociales et culturelles, de députés, de maires, des conseillers municipaux, généraux et  régionaux de tous bords politiques.  

Nous souhaitons devenir un porte voix de la société civile, un « facilitateur » de dialogue entre la population et les acteurs publics et sociaux.  

Les moyens nous manquent encore pour travailler à rejoindre cet objectif : des collaborateurs (bénévoles, comme nous) dans toutes les villes du département pour nous envoyer des articles, des remarques, des photos, des dessins, des caricatures…  

N’hésitez pas, tout est utile pour le site : une photo prise de la fenêtre, un article incomplet, un poème, une vidéo, une musique… C’est tout ça le 9trois !! 

Faites du bruiiiiiiiiiiiiiit pour le 9trois !

 

Les élus montent au créneau contre la réforme Balladur

Chargé de présenter une réforme des collectivités territoriales, le comité présidé par E. Balladur doit se réunir aujourd’hui afin de voter9-trois-neuftrois-seine-saint-denis les propositions élaborées. Si la nécessité de réformer n’est pas contestée, notamment pour clarifier les compétences et les responsabilités de chaque échelon territorial, les propositions formulées par le Comité rencontrent une vive opposition.   

Patrick Braouezec demande « une consultation populaire » : Le député de Seine Saint-Denis et président de la communauté d’agglomération Plaine commune, a réagi aux conclusions attendues de la commission Balladur en demandant de « prendre le temps démocratique pour rendre une telle réforme possible ». Il a affirmé qu’un tel changement devait « se faire avec une grande consultation populaire ».  

Martine Aubry craint quant à elle que les « réformes nécessaires ne passent au second plan » : la maire de Lille et des responsables socialistes ont exprimé leur « inquiétude » sur ce dossier, pointant des risques de « manœuvres électoralistes » et craignant  qu’on utilise « les collectivités territoriales dans un strict but politicien ».
Elisabeth Guigou, secrétaire nationale à la réforme de l’Etat, récuse « la fusion annoncée des élus départementaux et régionaux, sous forme de conseillers territoriaux, ce qui va affaiblir les régions ».

Claude Bartolone dénonce une « régression institutionnelle » : Le président du Conseil général de la Seine-Saint-Denis affirme que  « Cette réforme organise une régression institutionnelle, sociale et démocratique », il ajoute que « Cette réforme remet en cause 25 ans de décentralisation qui a pourtant prouvé qu’elle était gage d’innovation, de vigueur démocratique de proximité et de solidarité, elle ressemble fort à une petite manœuvre politicienne visant à reprendre par la main institutionnelle ce que les électeurs ont confié à la gauche par la main démocratique ». Pour le maire Bertrand Delanoë : « Ce projet vise à casser Paris ». Un de ses proches explique que  Ce « mastodonte » sera trop grand pour appliquer efficacement les politiques sociales (RMI, APA) assumées aujourd’hui par chaque département. Et trop petit pour favoriser le développement économique de l’Ile-de-France puisqu’en sont notamment exclus les villes nouvelles, le plateau de Saclay (Yvelines, Essonne), ou les aéroports d’Orly ou de Roissy. Enfin, pour Jean-Paul Huchon, président du conseil régional d’Ile de France,  « L’idée de récréer l’ancien département de la Seine est complètement ringarde ». Pour contrer le projet, les élus de gauche mettent en avant le syndicat mixte Paris-Métropole, une structure de concertation à laquelle ont adhéré 72 collectivités franciliennes, dont Paris et la région. 

A droite, ces propositions ne suscitent pas non plus l’enthousiasme. Mardi, le député UMP de Seine-Saint-Denis Eric Raoult a ainsi demandé du «temps» pour mettre en place la fusion de Paris et de ses départements limitrophes, préconisée dans le rapport. Selon lui, ce projet revient à «méconnaître les identités locales fortes acquises au fil des années», même si «il y a nécessité de créer une solidarité au niveau du tissu urbain autour de Paris». Pour le député, il s’agit «d’un objectif pour 2020 ou 2025» et pas 2014 comme le préconise le rapport Balladur.   

sophie-saravaki-9troisfr

 

Sophie Saravaki