Accident dramatique de RER en Seine-Saint-Denis : La SNCF à l’heure des comptes

La rencontre de football Lille-Lyon (2-0) au Stade de France, en Seine-Saint-Denis, s’est achevée samedi soir par un drame. Trente minutes après la fin du match, peu avant 23 h 30, un RER a heurté des supporteurs lillois qui regagnaient leur car en longeant une voie ferrée, tuant deux jeunes, Jordan, 10 ans, et Sullivan, 18 ans, et faisant onze blessés. Âgé de 40 ans, le père du plus jeune supporteur décédé, gravement blessé lui-même, a subi une intervention chirurgicale « assez longue » dimanche soir, mais son pronostic vital n’est plus engagé lundi. Selon la préfecture, l’état des deux autres blessés graves hospitalisés n’inspire pas d’inquiétude. Les deux personnes décédées sont originaires d’Outreau, dans le Pas-de-Calais, où l’un d’eux jouait au football, selon la maire de la commune. 36412_reraccident-une1
Des questions restent en suspens sur les circonstances de cette affaire. Au premier rang de ces interrogations, déterminer si la grille d’accès à la voie ferrée était ouverte.

C’est en tout cas la version livrée par le groupe fauché.De son côté, la SNCF a soutenu dimanche que la zone était bien protégée. Le groupe de supporteurs lillois a pénétré dans cet endroit interdit au public, comportant des barrières et un portail fermé, pour rallier le parking de bus, a expliqué Jean-Pierre Farandou, directeur Transilien à la SNCF, précisant que les supporteurs n’avaient pas respecté le chemin balisé, mais tenté d’emprunter un chemin plus court.

Pour déterminer les raisons de la présence de ces personnes dans une zone interdite au public, le parquet de Bobigny a ouvert une enquête préliminaire pour homicides et blessures involontaires. Parallèlement à cette enquête judiciaire, le secrétaire d’État aux transports, Dominique Bussereau, a saisi le Bureau enquête accident (BEA). Ce dernier doit déterminer les causes de l’accident et aussi « examiner les risques liés à des rassemblements importants de personnes à proximité des voies ferrées ». Les catastrophes impliquant des victimes multiples sont assez rares, et concernent généralement des collisions entre rames, et non des accidents impliquant des piétons sur les voies.

Publicités