Le 104: José Manuel Gonçalvès nouveau directeur

Le conseil d’administration du 104 vient de désigner son nouveau directeur.

José-Manuel Gonçalvès, actuel directeur de la Ferme du Buisson à Noisiel en Seine-et-Marne, vient d’être désigné directeur du 104. Il est également directeur de la société de production Made in Productions et président de l’école de cirque de Rosny.

Ce lieu culturel parisien a été inauguré par Bertrand Delanoë en 2008 au coeur du 19e arrondissement. Le 104, installé dans les anciennes pompes funèbres rue d’Aubervilliers, connait des débuts plutôt chaotiques. Ce lieu culturel, qui héberge des artistes en résidence et des salles de spectacles, peine à amener du public, faute également d’attirer les habitants du quartier. La direction bicéphale du 104, composée de Robert Cantarella et Frédéric Fisbach, n’aura été en poste qu’une seule année. Les deux directeurs réclamaient davantage de moyens, ce qui leur a été refusé par la mairie de Paris. Il faut rappeler que le budget de fonctionnement annuel du 104 est de 12 millions d’euros. 8 millions sont à la charge de la Ville.

92: feu vert pour les futurs quais de Seine

Le projet de réaménagement des quais de Seine entre les villes d’Issy, Meudon et Sèvres dans les Hauts-de-Seine se précise. La commission d’enquête sur l’aménagement de la RD7 a donné son feu vert pour le projet d’aménagement piloté par le Conseil Général. Les Verts déplorent cet avis favorable.

 En fait le projet prévoit de transformer la RD7 en 2×2 voies et de la requalifier en boulevard urbain. Or les Verts craignent un engorgement et de nombreux embouteillages. Ils défendaient de leur côté une départementale aménagée en deux fois une voie et demie avec des ronds-points.

Pour le Conseil Général cette solution soutenue par les écologistes ne permet pas d' »écouler le trafic attendu » et estime qu’il se reporterait alors dans les centres-villes.

Dissolution de cinq groupes de supporteurs du PSG

La décision a été prise par décret du ministère de l’Intérieur et signé par le Premier Ministre.

Ils s’en doutaient, cinq groupes de supporteurs du PSG ont été dissouts pour violences. Il s’agit notamment de « Commando Loubard » et « Milice Paris » de la tribune de Boulogne, et des associations « Supras Auteuil 1991 », « Paris 1970 la Grinta » et « les Authentiks » de la tribune d’Auteuil.

Les avocats des Supras et des Authentiks ont déclaré qu’ils allaient déposer des recours devant le Conseil d’Etat.

Cette décision fait suite aux violences entre supporteurs, notamment en marge du match PSG-OM le 28 février dernier, où l’un d’entre eux est mort suite à un lynchage.

Ces sanctions, selon le ministre de L’Intérieur Brice Hortefeux, « s’inscrivent dans une démarche résolue d’élimination de nos stades de pseudos supporteurs au comportement totalement insupportable ».
Pour les spécialistes ces mesures ne règlent pas les problèmes de violences dans les stades. On se souvient de la dissolution il y a quelques années des Boulogne Boys. Pourtant, les individus violents sont toujours dans les stades. Une association de supporteur remplit un rôle d’encadrement. C’est aussi l’interlocuteur privilégié avec le club. Ils négocient les prix des places ou encore la couleur des maillots.

Toutefois d’autres mesures devraient proposées dans les semaines à venir pour éradiquer la violence des stades, notamment dans le cadre de la loi LOPPSI (loi d’orientation sur la sécurité intérieure), qui doit être discutée au Sénat. Parmi ces mesures: la mise en place d’un couvre-feu anti-hooligans, la possibilité d’interdire les déplacements de supporteurs dangereux, l’obligation de pointage pour tous les interdits de stades ou encore l’allongement de la durée d’interdiction.

Avocats et magistrats manifestent à Paris contre une “justice aux ordres”

Aux cris de « Assis, debouts, mais pas couchés », quelques centaines de magistrats et avocats en robe ont manifesté contre « une justice aux ordres » sur les marches du palais de justice de Paris où se déroulait la rentrée solennelle de la Cour de cassation. « 2009 a été une mauvaise annés, 2010 sera l’année du sursaut », a lancé le secrétaire général de l’Union syndicale des magistrats (USM), Christophe Régnard, devant les 300 à 400 manifestants qui brandissaient pancartes et banderoles, selon des journalistes sur place, 280 selon la préfecture de police de Paris. « Des moyens pour une justice indépendante », « Disparition du juge d’instruction, à qui profite le crime? », « Silence, on enterre les affaires » ou « La France, pays des droits d’un homme », pouvait-on notamment lire parmi la foule en rouge –pour les magistrats à la Cour de cassation– et noir. La manifestation était organisée par les « Etats généraux de la justice » –un collectif de quelque 150 avocats, magistrats, universitaires et fonctionnaires de la protection judiciaire de la jeunesse (PJJ)– au moment où se déroulait à l’intérieur du palais de justice la rentrée solennelle de la Cour de cassation en présence du Premier ministre François Fillon.

IdF: Huchon (PS) présente une liste de « rassemblement large »

Le président du conseil régional d’Ile-de-France Jean-Paul Huchon (PS), qui brigue un troisième mandat, a présenté mardi une liste de « rassemblement large » au premier tour des régionales de mars avec ses « partenaires » du MRC, du PRG et du Mouvement unitaire progressiste de Robert Hue (ex PCF). « Il s’agit de rassembler pour les Franciliens et de construire un bouclier social », a déclaré M. Huchon, dont les listes font également place à des représentants de la société civile. « Si la campagne est digne et complémentaire, nous aurons la possibilité au second tour de rassembler toute la gauche et de l’emporter sur une droite minoritaire, en Ile-de-France, comme ailleurs », a affirmé le responsable PS, au cours d’une conférence de presse. La gauche part divisée en IdF, les Verts et le Parti communiste (allié au Parti de gauche) ayant décidé de faire des listes autonomes au premier tour des régionales le 14 mars, bien que membres de la majorité de gauche actuelle. Les listes du PS prévoient 10 places pour des candidats de la « société civile », dont « cinq à six » en position éligible, « 16 » pour le MRC, dont « une dizaine » également en position éligible, « 14 » pour le PRG, dont « une dizaine » aussi en position éligible et « sept candidats » pour le parti de Robert Hue, dont « 4 à 5 en position éligible ». M. Huchon s’est prononcé pour le maintien d’une politique « égalitaire » pour les transports, « très forte sur le plan environnemental » et permettant la « mise en place de nouvelles solidarités ». Pour la santé, il a indiqué envisager avec ses partenaires « le financement d’une mutuelle pour les jeunes franciliens de moins de 25 ans », prévoit « le financement de la construction de maisons de santé » ainsi que « la rénovation des locaux des urgences dans les hôpitaux ». Le PS compte aujourd’hui 59 élus au conseil régional d’IdF (sur 209) .

Paris: première récolte de miel sur le toit du Grand Palais

Les ruches installées au printemps sur le toit du Grand Palais, dans le centre de Paris, ont donné une première récolte « très prometteuse » de 50 kg de miel, a annoncé mercredi leur apiculteur Nicolas Géant.

idf.fr

« Les deux ruches, montées début mai et début juin, près de l’avenue mythique des Champs-Elysées et qui plus est sur le toit d’un bâtiment aussi prestigieux, ont permis de recueillir 50 kilos de miel », a-t-il précisé.

Pour cet apiculteur de 41 ans, « l’expérience est si prometteuse que l’établissement public du Grand Palais a décidé d’y adjoindre trois ruches supplémentaires au printemps prochain ».

L’objectif étant de récolter 500 kilos de miel toutes fleurs, qui seront commercialisés sous la marque « Miel du Grand Palais » dès l’an prochain.

« Malheureusement, force est de constater que les abeilles vivent mieux à Paris ou en moyenne montagne, zones protégées, que dans les zones de cultures intensives », a dit l’apiculteur.

« Certes, Paris est une ville polluée, mais on n’y trouve ni pesticides ni fongicides ni insecticides, comme dans beaucoup de campagnes, où les abeilles sont décimées et où la mortalité des ruches est de 30 à 50% », a-t-il ajouté.

Les ruches en ville « produisent aujourd’hui 4 à 5 fois plus de miel » que dans les zones cultivées.

Paris compte environ 300 ruches déclarées, installées notamment au Jardin du Luxembourg et sur le toit de l’Opéra Garnier.

Voyage !

Voyage !