Drame de Clichy sous Bois : l’enquête est close

Trois ans et demi après les faits, l’enquête est close dans l’affaire de morts électrocutés le 27 octobre 2005 à Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) après une course-poursuite avec la police, déclenchant trois semaines d’émeutes dans les banlieues, a-t-on appris jeudi de source judiciaire.

    « Le juge a rendu une ordonnance de fin d’instruction. Cela signifie que le juge d’instruction en charge du dossier estime qu’il n’y a plus d’investigations à conduire ou nécessaires pour la manifestation de la vérité », a précisé cette source, confirmant une information du quotidien Le Parisien/Aujourd’hui en France.

    Les parties disposent désormais d’un délai de trois mois pour présenter soit de nouvelles observations, soit demander des actes supplémentaires, a-t-on indiqué de même source.    Au terme de ce délai, le parquet de Bobigny doit présenter ses réquisitions: soit il décide un non-lieu, soit il demande le renvoi des policiers mis en cause devant le tribunal correctionnel.    Muhittin Altun, un troisième jeune alors âgé de 17 ans, qui s’était aussi réfugié dans le transformateur EDF avec Zyed et Bouna, avait subi de graves brûlures.    Deux policiers ont été mis en examen en février 2007 pour non-assistance à personne en danger. Ce drame avait été à l’origine de trois semaines d’émeutes dans les banlieues.

    Début juillet, les juges d’instruction Claire d’Urso et Marc Sommerer, en charge du dossier, ont de nouveau auditionné les deux policiers mis en examen et Muhittin Altun, a ajouté la même source judiciaire.

Publicités

250 personnes évacuées après l’incendie d’un camp de Roms à Epinay sur Seine

Un incendie a détruit un camp de Roms à Epinay-sur-Seine (Seine-Saint-Denis) dans la nuit de vendredi à samedi, obligeant à évacuer 250 personnes, dont la plupart n’ont pu être relogées que provisoirement, a-t-on appris auprès des pompiers.

photo_1247331575766-1-0[1]

L’incendie, qui s’est déclaré vers 03H00 sur un terrain de 2.000 m2 dans le quartier de la Briche, limitrophe de la commune de Saint-Denis, a fait deux blessés légers, dont un policier qui a chuté pendant l’intervention, a-t-on précisé de même source.

Trente engins ont été mobilisés et huit grosses lances ont dû être activées pour maîtriser le feu, au bout d’une heure et demie, ont ajouté les pompiers, sans préciser le nombre de baraquements ou de caravanes détruits.

Après le sinistre, environ 150 personnes, dont une trentaine d’enfants, se sont rassemblées devant l’hôtel de ville de Saint-Denis en quête d’une solution de relogement, a dit la municipalité (PCF) de Saint-Denis dans un communiqué.

Elle a précisé avoir demandé que la préfecture de Seine-Saint-Denis réquisitionne le Fort de l’Est (propriété de l’Etat) pour les héberger car une solution n’a pour l’instant été trouvée que pour trois nuits dans différents hôtels.

Les populations Roms, en particulier celles qui ont fui la Roumanie, vivent une « situation insupportable », ajoute la municipalité, « sans que ni l’Union européenne ni les Etats membres dont la France n’en prennent véritablement la mesure et ne mettent en place des dispositifs d’accueil et des mesures d’accompagnement social ».

« C’est pourquoi la ville de Saint-Denis demande à nouveau au Premier ministre de prendre l’initiative d’une +Table ronde régionale+ associant l’Etat, les collectivités, les associations » notamment pour « en finir avec ces véritables bidonvilles que sont les camps Rom », conclut le communiqué.

Japan Expo : Villepinte, capitale du manga

Jusqu’à dimanche, Villepinte  se fait l’écho de la florissante culture japonaise. Sur 100.000 mètres carrés, des dizaines d’exposants proposeront aux visiteurs un apercu très complet du passé, du présent et de l’avenir de cette culture lors de la dixième édition de la Japan Expo. Depuis quelques années, les productions nippones figurent parmi les plus attractives pour la jeune génération.

media--image-240684-article-ajust_650[1]

Au menu de la Japan Expo : jeux vidéo, musique, arts martiaux, tendances nippones, cosplay, etc. Mais le manga reste le pôle d’attraction majeur de l’évènement. Et les auteurs français se défendent plutôt bien en la matière. Jenny, notamment, scénariste et dessinatrice – d’origine malgache – de « Pink Diary », chez Delcourt.

 

Accident de l’Airbus A310: des habitants de Seine-Saint-Denis étaient à bord

Des Français d’origine comorienne et des Comoriens résidant à La Courneuve (Seine-Saint-Denis) se trouvaient à bord de l’Airbus A310 de la compagnie Yemenia, qui s’est abîmé en mer près des Comores dans la nuit de lundi à mardi, a-t-on appris auprès de sources concordantes.comore

« Sur environ 60 Comoriens qui ont embarqué à Roissy, une bonne partie venait de La Courneuve mais on ne sait pas combien sont restés à Sanaa et combien sont repartis à Moroni », a déclaré à l’AFP, Bacar Soilihi, 40 ans, lui-même Français d’origine comorienne, collaborateur du député PS de Seine-Saint-Denis, Daniel Goldberg.

« Malheureusement des hommes, des femmes et des enfants de La Courneuve étaient à bord mais on ne connaît pas leur nombre exact. Ce qui est sûr c’est qu’on dénombre déjà trois familles touchées », a indiqué la mairie.

Soixante-six Français se trouvaient à bord de l’Airbus A310 de la compagnie Yemenia, dont vingt-six qui avaient embarqué à Roissy sur ce vol avec escales et changement d’appareil, et quarante à Marseille, selon une source aéroportuaire.

Au total, 153 personnes avaient embarqué à Roissy et à Marseille, essentiellement des familles comoriennes retournant au pays, avaient indiqué des sources policière et aéroportuaires.

« Je connais personnellement quatre victimes qui ont déjà été identifiées. Les autres on se connaissait et on se croisait lors des fêtes traditionnelles organisées dans la communauté », poursuit M. Soilihi, installé en France depuis 15 ans.

Une prière est organisée vers 18H00 à La Mosquée comorienne à La Courneuve, où vivent environ 500 familles de Français d’origine comorienne et de Comoriens d’après les associations. La mairie évalue elle entre 500 et 600 habitants des Comores inscrits sur les listes électorales.

Un Airbus A310 de Yemenia s’est abîmé mardi en mer près des Comores avec 153 personnes à bord, dont des Français et des Comoriens, moins d’un mois après la chute d’un A330 d’Air France entre le Brésil et la France.

Iran: des milliers d’opposants, partisans des Moudjahidine, réunis à Villepinte

Des dizaines de milliers de personnes ont participé samedi à une manifestation organisée à Villepinte  par un groupe de l’opposition iranienne pour contester les résultats de l’élection présidentielle de la semaine .

La manifestation a eu lieu dans le cadre du rassemblement organisé chaque année au Parc des Expositions de Villepinte par le Conseil national de la résistance iranienne (CNRI), dont la principale composante est l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran.

L’Union européenne a retiré en janvier l’OMPI de sa liste des organisations terroristes. Mais le mouvement d’opposition iranien en exil, dont le siège se trouve à Auvers-sur-Oise (Val d’Oise) dans la banlieue nord de Paris, reste considéré aux Etats-Unis comme un mouvement terroriste.

Venus par cars d’Allemagne, de Belgique ou encore des Pays-Bas, à Villepinte, en Seine-Saint-Denis, les partisans de l’Organisation des moudjahidine du peuple iranien (OMPI) et du Conseil national de la résistance iranienne (CNRI) ont exprimé leur soutien aux manifestants de Téhéran contestant la réélection du président Mahmoud Ahmadinejad.

 

Gilbert ROGER : Université populaire à Bondy

C’est lundi à 18h30 (espace Chauzy en Mairie) qu’avec mon collègue et ami Gilbert RogerYannick Saint-Aubert, conseiller municipal délégué, nous lancerons officiellement par une conférence de presse l’Université populaire de Bondy.


Nous voulons ainsi permettre à celles et ceux qui n’ont pas eu la chance de poursuivre à leur époque un cursus universitaire. Nous voulons aussi permettre à nos jeunes qui comme au lycée J. Renoir préparent leur entrée à Sciences-Po, comme ceux qui avec le bondy-blog, la ville et l’Ecole de journalisme , ESJ-Lille vont préparer le concours d’entrée à l’école de journalisme…Lire la suite dans le  blog de Gilbert ROGER

Luc Besson : Hollywood en Seine-Saint-Denis

Luc Besson en rêvait, il l’a fait. Enfin, pas tout seul… La France aura ses studios de cinéma comme peuvent en avoir d’autres pays, et (enfin) rivaliser avec eux.

Luc Besson avait le projet en tête depuis très longtemps. Un projet qui lui tenait vraiment à cœur. Et quand le cœur s’en mêle… C’est lorsqu’il a dû partir à Londres pour tourner Le Cinquième élément, que Luc Besson a pris conscience de l’absence en France de structures capables d’accueillir un tournage d’importance.
Il est vrai que les Etats-Unis ont Hollywood, l’Italie CineCitta, et la France… rien de comparable.

La Cité du cinéma, c’est le nom de l’ensemble, va concentrer toutes les étapes nécessaires à l’élaboration d’un film, de l’écriture à la post-production. Plateaux de tournage, atelier de fabrication de décors, laboratoires… Tout est prévu pour en faire le lieu incontournable de la création cinématographique française.  

Mais ce beau projet a un coût : 160 millions d’euros. Ce qui explique qu’il a fallut longtemps avant de pouvoir le concrétiser. Car il aura fallu trouver des partenaires financiers prêts à investir des millions dans un projet qui semblait bien fou au départ… Le lancement des travaux est prévu en septembre, et leur arrêt, en 2012.

Il faudra donc être patient, mais quand on voit ses rêves se réaliser, on a tout son temps