Le 104: José Manuel Gonçalvès nouveau directeur

Le conseil d’administration du 104 vient de désigner son nouveau directeur.

José-Manuel Gonçalvès, actuel directeur de la Ferme du Buisson à Noisiel en Seine-et-Marne, vient d’être désigné directeur du 104. Il est également directeur de la société de production Made in Productions et président de l’école de cirque de Rosny.

Ce lieu culturel parisien a été inauguré par Bertrand Delanoë en 2008 au coeur du 19e arrondissement. Le 104, installé dans les anciennes pompes funèbres rue d’Aubervilliers, connait des débuts plutôt chaotiques. Ce lieu culturel, qui héberge des artistes en résidence et des salles de spectacles, peine à amener du public, faute également d’attirer les habitants du quartier. La direction bicéphale du 104, composée de Robert Cantarella et Frédéric Fisbach, n’aura été en poste qu’une seule année. Les deux directeurs réclamaient davantage de moyens, ce qui leur a été refusé par la mairie de Paris. Il faut rappeler que le budget de fonctionnement annuel du 104 est de 12 millions d’euros. 8 millions sont à la charge de la Ville.

Publicités

Un mineur grièvement brûlé en fuyant la police

Le jeune homme de 17 ans voulait échapper à un contrôle de police.

Un jeune homme de 17 ans a été très grièvement brûlé par la caténaire d’un train dans la nuit de lundi à mardi en prenant la fuite lors d’un contrôle de police à la gare du Nord à Paris.

Brûlé à 80 %, ce mineur – dont le pronostic vital est engagé – a été transporté à l’hôpital militaire Percy de Clamart (Hauts-de-Seine), spécialisé dans le traitement des grands brûlés où il a été placé en coma artificiel.

Selon les premiers éléments de l’enquête, la victime, « connue des services de police », était en fugue du domicile de ses parents à Sevran (Seine-Saint-Denis) depuis le 16 février.
Vers minuit lundi soir, il était en compagnie d’autres jeunes gens à la Gare du Nord « en train de fumer », ce qui est interdit. Ils ont alors été contrôlés par une patrouille de la brigade des réseaux ferrés (BRF). Deux étant mineurs, en possession de cannabis et d’un couteau pour l’un (la victime), ils ont été conduits par les policiers vers leurs locaux situés dans la gare. Ils n’étaient pas menottés et l’un des jeunes a alors pris la fuite et rejoint
le rez-de-chaussée de la gare. Il a enjambé une traverse de quatre mètres, est monté sur la toit d’une motrice de l’Eurostar, alors que des agents de la SNCF et des passants tentaient de l’en dissuader. Une forte détonation a retenti après qu’il eut heurté une caténaire de 25.000 volts.

Dissolution de cinq groupes de supporteurs du PSG

La décision a été prise par décret du ministère de l’Intérieur et signé par le Premier Ministre.

Ils s’en doutaient, cinq groupes de supporteurs du PSG ont été dissouts pour violences. Il s’agit notamment de « Commando Loubard » et « Milice Paris » de la tribune de Boulogne, et des associations « Supras Auteuil 1991 », « Paris 1970 la Grinta » et « les Authentiks » de la tribune d’Auteuil.

Les avocats des Supras et des Authentiks ont déclaré qu’ils allaient déposer des recours devant le Conseil d’Etat.

Cette décision fait suite aux violences entre supporteurs, notamment en marge du match PSG-OM le 28 février dernier, où l’un d’entre eux est mort suite à un lynchage.

Ces sanctions, selon le ministre de L’Intérieur Brice Hortefeux, « s’inscrivent dans une démarche résolue d’élimination de nos stades de pseudos supporteurs au comportement totalement insupportable ».
Pour les spécialistes ces mesures ne règlent pas les problèmes de violences dans les stades. On se souvient de la dissolution il y a quelques années des Boulogne Boys. Pourtant, les individus violents sont toujours dans les stades. Une association de supporteur remplit un rôle d’encadrement. C’est aussi l’interlocuteur privilégié avec le club. Ils négocient les prix des places ou encore la couleur des maillots.

Toutefois d’autres mesures devraient proposées dans les semaines à venir pour éradiquer la violence des stades, notamment dans le cadre de la loi LOPPSI (loi d’orientation sur la sécurité intérieure), qui doit être discutée au Sénat. Parmi ces mesures: la mise en place d’un couvre-feu anti-hooligans, la possibilité d’interdire les déplacements de supporteurs dangereux, l’obligation de pointage pour tous les interdits de stades ou encore l’allongement de la durée d’interdiction.

Soirée de soutien au peuple palestinien

La Défense: la construction de tours reprend

Le conseil d’administration de l’Epad vient d’approuver des promesses de vente pour la construction de tours.

Serait-ce le signe d’une embellie économique ? Le conseil d’administration de l’Epad vient d’approuver quatre promesses et un acte de vente. Cela concerne des projets de construction ou de reconstruction des tours. Avec l’arrivée de la crise économique en 2008, les projets avaient été mis entre parenthèses.

Au total le renouveau de ces tours représenterait environ 340.000 m² de bureaux.

La vie quotidienne de tous les lycées d’Ile-de-France bientôt en ligne

Les notes, les emplois du temps, les cours ou les cahiers de textes des classes de tous les lycées d’Ile-de-France seront bientôt accessibles en ligne, grâce à un « espace numérique de travail » dévoilé mercredi par le président PS de la région Ile-de-France, Jean-Paul Huchon. Baptisé Lilie et accessible à l’adresse http://lilie.iledefrance.fr, il permettra à tous les membres de la communauté éducative, à partir de n’importe quel ordinateur connecté à internet, d’accéder « à tout ce qui fait la vie quotidienne de l’établissement », selon la Région. Par exemple: le cahier de texte de la classe, les emplois du temps, les absences et retards, les notes, les cours ou d’autres documents pédagogiques. Le déploiement de ce logiciel libre dans l’ensemble des 471 lycées franciliens se fera en trois ans et 60 établissements volontaires ouvriront le bal à la rentrée prochaine, mais le cahier de textes numérique de chaque classe sera lui disponible dès la rentrée 2010 dans tous les lycées de la région. Pour avoir accès à ces données, l’utilisateur disposera d’un code d’accès personnel, avec identifiant et mot de passe, et ne pourra accéder qu’aux données qui le concernent directement. Un élève n’aura ainsi pas accès aux notes du reste de la classe. S’ils le souhaitent, les parents pourront voir les notes de leurs enfants, mais après un délai de 48 heures. Lilie est aussi une plate-forme interactive, qui permettra aux membres de la communauté éducative d’échanger 24 heures sur 24. Un enseignant ne pourra cependant pas être dérangé par d’éventuels messages de ses élèves à toute heure du jour ou de la nuit: il suffira pour cela qu’il ne soit pas connecté à Lilie. Le déploiement de ce logiciel coûtera 24 millions d’euros, le montant du contrat qui lie la région à son prestataire, Logica. Le président de la région doit présenter ce système mercredi à 10h00 au lycée Louis de Broglie de Marly-le-Roi (Yvelines). Dans son entourage, on assure que cette présentation n’est pas liée à la campagne des élections régionales en Ile-de-France, où M. Huchon est candidat à sa propre succession, car « la région prépare le déploiement de ce système depuis 2005 ». Il a été expérimenté depuis cette date dans 15 lycées.

Menacé, l’imam de Drancy porte plainte

Un commando a fait irruption dans la mosquée de Drancy et a menacé Hassen Chalghoumi.

L’imam de Drancy (Seine-Saint-Denis) Hassen Chalghoumi a déposé plainte mardi après l’irruption lundi soir d’islamistes qui l’auraient menacé de mort dans la mosquée où il officie

Un « commando islamiste » aurait fait irruption dans la mosquée de Drancy (Seine-Saint-Denis) lundi soir et proféré des menaces à l’égard de l’imam Hassen Chalghoumi, connu pour ses bonnes relations avec la communauté juive. Selon des témoignages, quatre-vingt personnes auraient traité l’imam de « mécréant », « apostat » et « imam des juifs ».

Un conseiller de l’imam a souligné que les « termes employés équivalaient à une Fatwa« .  Toutefois d’autres témoins évoquent seulement dix personnes qui seraient rentrées dans la mosquée.

La plainte a été déposée au commissariat de Drancy, et la Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP) de la police judiciaire parisienne a été chargée de l’enquête par le parquet de Bobigny (Seine-Saint-Denis).

L’imam de Drancy (Seine-Saint-Denis) Hassen Chalghoumi a déclaré que les menaces ne lui font pas peur, l’imam a appelé au soutien des « fidèles » et des « concitoyens ». « Ils veulent que je baisse les bras, que je ferme ma bouche que j’arrête de parler et de montrer un islam de tolérance, de rahma (clémence) de mahaba (amour), celui du prophète de l’islam » a-til également déclaré.

Selon un conseiller de l’imam, le commando serait « identifié comme relevant de l’obédience des Frères musulmans ». Il s’agirait d’un groupuscule nommé « Cheikh Yassine »  (fondateur du Hamas tué en 2004 dans un raid israélien) et sous l’influence de l’UOIF » (Union des organisations islamistes de France).